Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Oscars : la malédiction DiCaprio en 5 films
Partenaire23/02/2016 à 11:30
Temps de lecture: 3 min

Pour jouer le rôle d'Arnie dans "Gilbert Grape", le réalisateur Lasse Hallström voulait que le jeune homme ne soit pas beau, mais il a finalement été convaincu par les essais de Leonardo DiCaprio. L'acteur avait rencontré de jeunes attardés mentaux dans un centre spécialisé avant de passer les castings.

Pour jouer le rôle d'Arnie dans "Gilbert Grape", le réalisateur Lasse Hallström voulait que le jeune homme ne soit pas beau, mais il a finalement été convaincu par les essais de Leonardo DiCaprio. L'acteur avait rencontré de jeunes attardés mentaux dans un centre spécialisé avant de passer les castings.

Le tant attendu "The Revenant" sort sur les écrans demain. Le nouveau film d'Alejandro González Iñárritu promet des images époustouflantes, tournées dans le Grand Nord et dans des conditions extrêmes. Mais il offre surtout un rôle hors du commun à Leonardo DiCaprio, lancé dans une nouvelle course à l'Oscar. Malgré trois Golden Globes et une filmographie impressionnante, l'acteur américain n'a jamais réussi à remporter la précieuse statuette. La faute peut-être à des concurrents plus que costauds, et à un Leo indiscipliné, voire frileux lorsqu'il s'agit de faire des ronds de jambe devant les membres de l'Académie des Oscars. L'occasion pour nous de revenir sur ses quatre précédents échecs, avant le verdict à l'issue de la cérémonie de dimanche soir. La malédiction DiCaprio va-t-elle se poursuivre ?

"Gilbert Grape"

En 1994, Leonardo DiCaprio a 19 ans. Il incarne le jeune frère attardé mental de Johnny Depp dans "Gilbert Grape" de Lasse Hallström. Il est jeune, talentueux, mais l'Académie lui préfère Tommy Lee Jones, qui remporte l'Oscar du meilleur second rôle grâce au film "Le Fugitif". Après tout, Leo a toute sa vie d'acteur devant lui, et tout le temps de remporter la statuette tant convoitée. . .

"Aviator"

Quand le grand Martin Scorsese dégaine un biopic sur Howard Hugues onze ans plus tard, il offre à Leonardo DiCaprio le rôle principal et une deuxième nomination aux Oscars, presque sur un plateau. Il faut dire que Leo n'avait même pas profité de la salve de récompenses pour le raz-de-marée "Titanic", sorti en 1998. Nommé en 2005 pour "Aviator", cette fois dans la catégorie meilleur acteur, DiCaprio se fait voler la vedette par Jamie Foxx, qui incarne Ray Charles dans l'autre biopic poids lourd de l'année. Essaie encore.

"Blood Diamond"

Troisième sésame potentiel pour Léo. Et ça se corse un peu avec le personnage de Danny Archer dans le film "Blood Diamond" réalisé par Edward Zwick. Mais son rôle de mercenaire sans scrupules ne fait toujours pas le poids face à l'énormissime Forest Whitaker, interprète de l'effrayant et sanguinaire dictateur Amin Dada dans "Le Roi d'Ecosse". On est en 2007, Leonardo DiCaprio est applaudi mais pas encore adoubé.

"Le Loup de Wall Street"

On y a cru. On y a vraiment cru. Le sujet est fort, l'interprétation magistrale, les situations dérangeantes, et Leo se régale en retrouvant Martin Scorsese. "Le Loup de Wall Street" offre un plongeon en apnée dans le monde de la finance américaine, au milieu des requins de la bourse. Et qui empêche la star de "Titanic" de triompher cette année-là ? Son propre partenaire, qui tient parallèlement l'affiche de "Dallas Buyers Club". Matthew McConaughey est impressionnant et décroche un Oscar plus que mérité pour son interprétation d'un homme malade du sida. Leonardo DiCaprio doit s'incliner.

"The Revenant"

Deux ans après ce dernier échec, tout tend à penser que c'est l'année de la consécration ultime pour l'acteur américain. "The Revenant" s'annonce comme un véritable carton, rafflant déjà de nombreuses récompenses. L'histoire de ce trappeur laissé pour mort, et prêt à tout pour se venger, conduira-t-elle Leonardo DiCaprio vers le Graal de sa carrière ? Non qu'il ait besoin de cette reconnaissance du milieu, puisqu'il l'a déjà. Il a tourné avec les plus grands réalisateurs d'Holywood et le public est toujours prêt à le suivre dans chacun de ses nouveaux défis. Mais ce sacre aurait le mérite de faire taire les mauvaises langues. C'est peut-être ça le dernier challenge finalement... car la malédiction pourrait bien se poursuivre. Et l'Oscar est attribué à...

Les Risques en Bourse

Fermer