Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

"On progresse : en un an, Malte est passé de la 186e à la 171e place"
information fournie par So Foot08/10/2021 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

" On progresse : en un an, Malte est passé de la 186e à la 171e place "

" On progresse : en un an, Malte est passé de la 186e à la 171e place "

Ancien coach de Palerme et des Espoirs italiens, Devis Mangia est désormais le sélectionneur de Malte. Quelles ambitions avoir lorsque l'on entraîne une nation qui fait partie des plus faibles en Europe ? Devis Mangia a des idées, un projet, et, croyez-le ou non, tout cela commence déjà à porter ses fruits.

Bonjour, Devis. Le site La Chaîne Météo affirme qu'il fait actuellement 25 degrés grand soleil à Malte. Tu confirmes ?
Je confirme. (Rires.) Je suis en stage avec l'équipe nationale en vue des matchs de qualification au Mondial, et les conditions de préparation sont idéales. La vie ici est super. Je suis évidemment concentré sur mon travail plus que sur la météo, mais c'est indéniable que la qualité de vie ici est une des composantes qui rendent mon métier très agréable.

"J'ai aimé son approche et son projet, et j'ai dit oui. Ça, c'était en décembre, et le mois suivant, je commençais à bosser. Sauf que deux mois plus tard, pandémie mondiale."

Tu es arrivé à Malte en décembre 2019. Comment tu t'es retrouvé ici ?
J'ai été directement contacté par le président de la Fédération de football de Malte. Il m'a invité à Malte pour me présenter son projet, j'y suis allé, et on a discuté. Lui et son administration venaient d'être élus à la tête de la Fédération, donc il m'a expliqué ce qu'il voulait créer ici en matière de football. Il m'a proposé non seulement d'être le sélectionneur, mais aussi le directeur technique de toutes les équipes nationales maltaises, en partant des plus jeunes, de façon à avoir une vision globale. J'ai aimé son approche et son projet, et j'ai dit oui. Ça, c'était en décembre, et le mois suivant, je commençais à bosser. Sauf que deux mois plus tard, pandémie mondiale. (Rires.)

Ça a dû être extrêmement frustrant.
Oui, ça a ralenti tout ce que je souhaitais faire. Nous n'avons pas pu travailler comme nous l'aurions souhaité, notamment avec les jeunes. Dis-toi que le championnat maltais est le seul au monde à avoir été interrompu pendant pratiquement deux ans. Or, 95% des joueurs de la sélection jouent à Malte, donc ils ont tous été à l'arrêt. Ça a été très dur lors du stage de reprise. Heureusement, nous n'avions que des matchs amicaux à disputer, mais ça a été vraiment difficile de retrouver du rythme, il a