Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

OM Champions Project, place à l'acte II
So Foot26/02/2021 à 22:14
Temps de lecture: 2 min

OM Champions Project, place à l'acte II

OM Champions Project, place à l'acte II

Le peuple marseillais a vaincu. Après des semaines de révolte, marquées par la prise de la Commanderie le 30 janvier, les supporters olympiens ont obtenu gain de cause : Jacques-Henri Eyraud a été démis de ses fonctions, remplacé par Pablo Longoria, tandis que Jorge Sampaoli débarque pour deux ans et demi sur le banc. Trois décisions fortes annoncées par un même communiqué, qui posent peut-être plus de questions qu'elles n'apportent de réponses.

"Eyraud doit comprendre qu'il n'est pas à sa place. Il a fait la démonstration qu'il était certainement doué pour plein de choses mais en tous cas pas pour diriger un club de football comme l'Olympique de Marseille". Le 2 février dernier sur franceinfo, Bernard Tapie démontait publiquement Jacques-Henri Eyraud, trois jours après les incidents de la Commanderie. Trois semaines plus tard, le " boss " Marseillais et le peuple olympien soufflent un grand coup : " JHE " n'est plus le président de l'OM. Franck McCourt s'est rendu à l'évidence en écartant celui qui était son homme de confiance depuis le début du projet en 2016. Un choix fort, attendu, qui pose plusieurs questions.

Jacques-Henri Escroc


Une fois passée l'euphorie, les supporters marseillais auront un goût amer en bouche : débarqué, Eyraud est toutefois nommé au conseil de surveillance du club, signe que McCourt n'a pas totalement perdu confiance en lui. Mais entre " JHE " et Marseille - on ne parle même plus du club, mais de toute la ville - le divorce était devenu inévitable. La faute à plusieurs graves erreurs de communication, allant de l'épisode de la "tisane" à celui des "Marseillais trop nombreux au club ", en plus des résultats sportifs loin des promesses faites en 2016. Derrière ces provocations maladroites (?), signées d'un homme connu pour son goût pour le conflit, il fallait surtout voir une fracture : celle entre un président à la tête d'un club qu'il n'a jamais compris, dans une ville qu'il n'a jamais comprise. "Eyraud n'aime ni Marseille, ni les Marseillais, ni la mentalité marseillaise", nous assurait il y a peu Eric Di Méco, faisant partie des nombreuses personnalités à demander son départ.

L'OM écarte Eyraud et officialise Sampaoli !

Dernier coup d'éclat d'Eyraud : l'Agora OM, une refonte Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer