Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Olympique Marseille - Milan AC, 1993 : la bonne étoile de Boli
information fournie par So Foot22/07/2021 à 06:07
Temps de lecture: 2 min

Olympique Marseille - Milan AC, 1993 : la bonne étoile de Boli

Olympique Marseille - Milan AC, 1993 : la bonne étoile de Boli

Seul le club français le plus fada, en talent, en ferveur et en démesure, pouvait offrir au football tricolore sa première Coupe d'Europe. En 1993, c'est donc l'Ohème qui remporta la plus belle des trois, celle aux grandes oreilles. Un succès prometteur qui permettra l'éclosion du triomphe de France 1998...

Olympique Marseille - AC Milan (1-0) - Finale de la Ligue des champions - 26 mai 1993
Buteur : Boli (43e)


Quand Didier Deschamps impatient grimpe sur le podium pour aller brandir la coupe aux grandes oreilles, il n'a pas encore à l'esprit le précieux conseil technico-tactique prodigué par Michel Platini en 1998 : "Didier, quand tu vas à la tribune, vas-y doucement, lentement... Prends ton temps, ces moments-là sont rares, alors savoure." Et puis le capitaine de l'OM a levé le trophée très haut dans le ciel de Munich. "À jamais les premiers" ! Oublié la main de Vata en 1990, la désillusion de Bari en 1991 et l'élimination honteuse en 8es de C1 1992 par le Sparta Prague ! La France remporte enfin la Ligue des champions grâce à l'OM de Tapie, Goethals et Boli. Le bon Basile a été bien sûr le grand héros de la soirée contre le redoutable AC Milan de Berlusconi, Capello et Van Basten...

"P... ! Ils sont trop grands, les Milanais"

À la 42e minute et 59 secondes, il a inscrit l'unique but de la victoire légendaire (1-0). Un but forcément mythique, tel qu'il l'a raconté pour le magazine GQ : " La balle arrive sur moi. Il y a Rijkaard et Baresi qui me retiennent complètement ! Et c'est là que je dis que les "génies du foot" étaient avec nous parce que c'est en redescendant que je prends le ballon de la tête (le haut de son crâne, NDLR). C'est Rijkaard et Baresi qui me "redescendent" quand la balle frappe ma tête ! Et puis là, la balle part ! Linéaire... Et je la suis, je la vois partir derrière moi, quand je redescends... Elle part vers l'histoire... Au fond ! " Avant le match, son pote Abedi Pelé lui avait glissé avec conviction : "Écoute, Baze. D'habitude, je centre toujours mes corners au deuxième poteau. Mais, là, p... ! Ils sont trop grands, les Milanais. Alors, cette fois-ci, je vais frapper mes corners plus court. Essaye d'aller couper au premier poteau." Et bingo ! Les génies du foot étaient bien avec l'OM : "Le but de Basile ? Il n'y avait pas corner ! Moi et d'autres Lire la suite de l'article sur SoFoot.com