Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Olivier Giroud, petit ange parti trop haut
So Foot23/02/2021 à 23:52
Temps de lecture: 2 min

Olivier Giroud, petit ange parti trop haut

Olivier Giroud, petit ange parti trop haut

Puisqu'il savait son Atlético fragile défensivement depuis début 2021, Diego Simeone a tenté un pari, mardi soir : installer un 6-3-1 sans ballon et miser sur le déficit de créativité offensive du Chelsea de Thomas Tuchel. Et Olivier Giroud s'est envolé, réduisant ce huitième de finale aller de Ligue des champions à une victoire du Bien sur le Mal, de l'attaque sur la défense. Bien évidemment, le foot est bien plus complexe que ça.

" Justice ", ont-ils hurlé, comme si d'un coup, il n'était plus question de victoire ou de défaite, mais plutôt du succès d'une certaine idée du jeu. Il était alors 22h23, à Bucarest, et Olivier Giroud venait de s'envoler après une erreur de relance d'Hermoso pour tromper d'un superbe retourné un Oblak trop court. Joli coup de l'attaquant français qui a, mardi soir, réussi à faire un trois en un. Giroud a d'abord confirmé qu'il savait être un homme de grands rendez-vous, lui qui était déjà allé planter un quadruplé sur la pelouse de Séville en décembre et qui est, depuis le début de la saison 2018-2019, le quatrième meilleur buteur toutes compétitions européennes confondues derrière Robert Lewandowski, Lionel Messi et Erling Haaland. Le buteur de Chelsea a ensuite - et surtout - mis les Blues sur les bons rails en vue d'une qualification pour les quarts de finale grâce à ce but inscrit à l'extérieur, qui est aussi le seul d'une drôle de rencontre. Ce qui nous amène au troisième coup du soir de la deuxième meilleure gâchette de l'histoire de l'équipe de France : en inscrivant sa merveille, Olivier Giroud est venu punir l'approche unidimensionnelle de Diego Simeone, qui a présenté un Atlético, pourtant devenu leader de Liga avec d'autres idées, ultra défensif et organisé en 6-3-1 sans ballon (soit une grande majorité de la rencontre, puisque Chelsea a eu le ballon 63% du temps). Beaucoup se sont alors levés du canapé, sont probablement allés décapsuler une bière avant de se frapper énergiquement le ventre et l'ont levé pour fêter la victoire du Bien sur le Mal, de l'attaque sur la défense. Problème : le football est évidemment bien plus complexe que cette pauvre dichotomie.

La question de la lecture


Alors oui, l'Atlético n'a pas proposé grand-chose avec le ballon mardi soir et les Colchoneros se sont même payés le luxe de boucler ce huitième de finale aller de Ligue des champions sans le moindre tir cadré. Simeone a quand même vu ses hommes se procurer Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer