Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Non, ce Lille n'est pas le fantôme de l'an dernier
information fournie par So Foot15/09/2021 à 01:00
Temps de lecture: 2 min

Non, ce Lille n'est pas le fantôme de l'an dernier

Non, ce Lille n'est pas le fantôme de l'an dernier

S'il n'est pas parvenu à triompher de Wolfsbourg (0-0) pour son entrée en Ligue des champions, le LOSC a prouvé le temps d'une soirée qu'il avait au moins les épaules pour ne pas faire tâche dans la compétition reine. Et qu'il était bien plus qu'une pâle copie de sa version championne de France de l'an dernier.

Au coup de sifflet final de ce Lille-Wolfsburg, les applaudissements des supporters lillois résonnent comme ceux des succès dont on se souvient. Il n'y avait que la déception, sur certains visages, qui laissait comprendre que malgré l'ambiance de fête, le LOSC n'était pas sorti gagnant de sa soirée de gala. Sans surprise, dans l'intimité du vestiaire lillois, les réactions étaient semblables : "Il y avait de la fatigue et un peu de déception, forcément, narrait Jocelyn Gourvennec en conférence de presse. J'en ai quand même surpris deux-trois qui étaient contents du public." Contents d'eux aussi, certainement. Car même si Lille n'est pas parvenu à briser le mur allemand dans sa tanière, la performance collective des Dogues n'avait rien à voir à la bouillie entrevue au Moustoir face à Lorient quatre jours plus tôt. Un motif d'espoir pour Gourvennec et pour le peuple lillois.

Un rendez-vous européen maîtrisé

Face à Wolfsbourg, par séquence, on a revu des ingrédients du LOSC de l'an passé. Du jeu à trois, de l'intensité, une récupération haute et agressive coordonnée par l'étincelant Benjamin André. De la hargne, aussi, et surtout enfin de la vitesse notamment en deuxième période. Les statistiques en disent quelque chose : 54% de possession de balle en moyenne, 17 tirs à 2 (non cadrés pour les Allemands) et une mainmise sur le match qu'aucun voyant n'aurait pu prédire à quelques heures du kick-off.

En pressant haut d'abord de façon à éteindre le métronome allemand Maximilian Arnold, avant de piquer en contre afin de pousser à la faute le lent John Brooks qui finira par être exclu, l'équipe de Jocelyn Gourvennec a maîtrisé son sujet de bout en bout. De quoi renforcer les regrets au coup de sifflet final : "Compte tenu de ce qui s'est passé à Lorient, on est satisfaits du contenu. On a beaucoup gêné le leader de Bundesliga, on s'est mis en mode de Coupe européenne (...)
Un match comme ce soir doit être notre base. On a besoin de recréer quelque chose, de relancer la machine qui n'est pas partie comme on le voulait en début de saison. On se doit d'avoir cette exigence
Lire la suite de l'article sur SoFoot.com