Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Niki Shey: "J'ai regardé je ne sais combien de Marseille-Dijon"
So Foot02/04/2021 à 15:00
Temps de lecture: 2 min

Niki Shey: "J'ai regardé je ne sais combien de Marseille-Dijon"

Niki Shey: "J'ai regardé je ne sais combien de Marseille-Dijon"

Depuis que la Covid-19 s'est abattue sur nos vies, Niki Shey est la seule éclaircie à l'horizon. À 25 ans, elle s'impose comme l'une des personnalités les plus drôles de Twitter. En 280 signes, cette juriste en droit social réussit à rendre drôles Jean Castex et les conférences de presse d'Olivier Véran. Suivie par plus de 36 000 abonnés, Niki tweete aussi sur le foot avec la même efficacité. Depuis peu, elle organise même des discussions sur ClubHouse avec Adil Rami ou Maxwel Cornet. Entretien avec un phénomène.

D'où vient ton amour pour le foot ?
Mon père est un énorme fan. Depuis toute petite, je le vois regarder les matchs, exulter ou rager en fonction des résultats sur le canapé. C'est lui qui m'a transmis le virus. J'ai commencé par regarder les matchs de l'équipe de France, puis les matchs de l'OM, comme lui. J'ai commencé vers seize ans à regarder les matchs, à acheter les albums Panini et ça ne m'a plus quittée. J'ai fini par regarder toute la Ligue 1, sauf peut-être les matchs de Dijon ou Reims. Je me fixe des limites quand même...

Comment devient-on supportrice de l'OM alors qu'on habite Paris ?
C'est mon père qui m'a mise dans ce bourbier. Quand il est arrivé en France, c'était l'époque glorieuse de Bernard Tapie où l'OM trônait en haut du foot européen. Il s'est attaché à ce club à ce moment-là et comme il est fidèle, il est resté. En mars 2020, on devait même aller au stade Vélodrome ensemble pour son anniversaire, mais la Covid a ruiné nos plans.

Tu as toujours tweeté sur le foot ou c'est récent ?
J'ai toujours commenté les matchs de l'OM sur Twitter, mais on va dire que ce n'est pas vraiment ma ligne édito. Je suis plutôt connue pour commenter la politique et la gestion de la pandémie. Je regarde les matchs, mais je suis plutôt spectatrice des Tweetos sportifs comme @scipionista ou @philousports. Mais en réalité, si tu stalkes mes likes, tu te rendras compte qu'ils sont composés à 90% de foot.

Ils disent quoi, tes abonnés, quand tu passes d'une vanne sur Jean Castex à une blague sur Valère Germain ?
Je pense que ceux qui me suivent depuis longtemps ne sont pas étonnés. Les autres, peut-être, mais pour moi, Castex et Germain, c'est le Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer