Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Newcastle : un mercato sans folie bridé par le Big 6
information fournie par So Foot17/08/2022 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

Newcastle : un mercato sans folie bridé par le Big 6

Newcastle : un mercato sans folie bridé par le Big 6

Et si finalement l'argent n'achetait pas tout ? Celui de Newcastle n'a en tout cas pas suffi à attirer Ekitike ou Maddison ni à signer des stars de premier plan. La faute à un projet encore jeune, des investisseurs qui ne veulent pas tout claquer en un an, mais surtout à une Premier League sous l'influence du Big 6, qui a posé des bâtons solides dans les roues des Magpies.

À peine l'impressionnant mercato d'hiver de Newcastle bouclé (Guimarães, Wood, Willock, Burn et Trippier), que les rumeurs les plus folles se multipliaient déjà dans les tabloïds anglais : Neymar, Werner, Osimhen, Asensio, Moussa Diaby se sont retrouvés associés au club du nord-est de l'Angleterre. Finalement, à la mi-août, seules trois arrivées ont garni l'effectif des Magpies , Sven Botman (40M€) , Nick Pope (14M€) et Matt Targett (15M€), déjà prêté depuis janvier par Aston Villa. Pas de quoi inquiéter le Big 6 anglais a priori. Logique aussi, puisque les gros clubs de la PL ont tout fait pour empêcher Newcastle de jouer trop vite dans la cour des grands.

La PL protège ses clubs historiques


"Il faut s'attendre à une évolution plutôt qu'à une révolution à Newcastle , prévient Kieran Maguire, économiste du football derrière le podcast The Price of Football . De manière un peu sournoise, le Big 6 a réussi à garder un avantage financier pendant plusieurs années sur Newcastle." D'abord en faisant voter d'urgence un règlement interdisant à un club d'avoir un sponsor détenu complètement ou en partie par les propriétaires dudit club. Puis en remplaçant cette loi, juridiquement difficile à tenir, par un panel indépendant qui doit désormais valider tous les contrats de sponsoring. L'idée est claire et ciblée : empêcher à Newcastle une croissance fulgurante en injectant à perte, via des contrats de sponsoring sur-évalués avec des sociétés annexes du fonds d'investissement public de l'Arabie Saoudite, comme a pu le faire Manchester City avec Etihad Airways pendant des années pour contourner le fair-play financier.



"Le club n'a qu'une seule solution, faire grandir ses revenus commerciaux. Ceux-ci ne sont passés que de 26 à 29 millions de pounds par an entre 2007 et 2021 sous Mike Ashley. Loin des plus de 200 millions des gros clubs" , développe Kieran Maguire. Forcément, chez les supporters, ces règles nouvellement imposées passent mal. "Le système est pourri de manière à protéger le Big 6. On ne prend en compte que les revenus pour nous bloquer, mais dans le même temps… Lire la suite de l'article sur SoFoot.com