Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Netflix : comment Reed Hastings a ringardisé la télé ?
information fournie par Webedia28/09/2017 à 06:30
Temps de lecture: 4 min

Netflix : comment Reed Hastings a ringardisé la télé ? (Crédits photo : Adobe Stock)

Netflix : comment Reed Hastings a ringardisé la télé ? (Crédits photo : Adobe Stock)

En 20 ans, Netflix est devenu incontournable pour les cinéphiles comme les accros aux séries . Fondée par Reed Hastings et Marc Randolph, l'entreprise a su s'adapter pour survivre et conquérir un public toujours plus large. Aujourd'hui, elle est bien installée et peut compter sur un socle solide de plus de 100 millions d'abonnés à travers le monde. Pour mieux comprendre comment Netflix a su ringardiser la télé de papa, nous vous proposons un focus sur Reed Hastings, PDG et cofondateur de la société.

Millionnaire avant de fonder Netflix

Le patron de Netflix, qui fêtera ses 57 ans le 8 octobre prochain, a l'âge d'être le père de Mark Zuckerberg ou Brian Chesky . Il a donc pas mal bourlingué avant de créer la plateforme de streaming que nous connaissons tous. Né à Boston en 1960, ce fils d'avocat décroche rapidement un diplôme de mathématiques du Bowdoin College. Il décide alors de changer d'air en rejoignant un camp d'entraînement des Marines. Mais il n'est pas fait pour cette vie. Il se porte volontaire pour aller enseigner les maths en Afrique, au Swaziland, avec le Corps de la Paix (Peace Corps en anglais). Après trois ans passés loin de son pays natal, il décide de rentrer aux États-Unis et s'inscrit à Stanford. En 1988, il obtient son master en sciences de l'informatique. Reed Hastings débute sa carrière professionnelle comme salarié. Mais en 1991, il décide de monter sa première start-up, Pure software, spécialisée dans la détection et la réparation des bugs de logiciels. Quelques années plus tard, l'entreprise est vendue et il touche la bagatelle de 75 millions de dollars. À 37 ans, Reed Hastings, sa femme et ses deux enfants sont à l'abri du besoin. Mais l'entrepreneur ne compte pas prendre sa retraite et réfléchit à une nouvelle idée de business. Après un temps de réflexion, il fonde Netflix avec Marc Randolph pour s'attaquer au marché de la location de DVD. Le principe de la société est simple : il s'agit d'un service d'expédition de DVD par courrier, moyennant un forfait mensuel. L'avantage ? Les clients n'ont plus à se déplacer au vidéo-store pour louer un film et ne risquent plus de payer une amende s'ils restituent un DVD en retard, car ils peuvent le conserver pour une durée illimitée.

Échouer pour mieux rebondir

Très osé, le pari de Reed Hasting et Marc Randolph s'avère gagnant. Les enveloppes Netflix sont envoyées aux quatre coins des États-Unis. Mais en 2001, les deux hommes déchantent. La bulle internet a frappé et Netflix est mal en point. Il est même envisagé de vendre l'entreprise à son pire ennemi de l'époque : Blockbuster. Mais finalement, elle va réussir à sauver sa peau, et son indépendance, en misant sur le développement du streaming. Dix ans après sa création, Netflix est devenu incontournable. Les avancées technologiques permettent d'améliorer la diffusion de films et de séries en ligne, ce qui booste les performances de l'entreprise. Mais Reed Hastings va tenter un coup de poker qui va pratiquement sonner le glas de la société. Pour accélérer le développement de son "bébé", il décide d'augmenter le prix des abonnements de 60%, ce qui pousse 800 000 utilisateurs mécontents à résilier leurs contrats. Le titre chute en bourse et les investisseurs vont voir ailleurs. Netflix est de nouveau au bord de la disparition. Et une fois encore, la société va sortir plus forte de la tempête.

Netflix à la conquête du monde

Pour encourager le grand public à s'abonner à sa plate-forme, Netflix va commencer à produire ses propres programmes. Et c'est un succès. L'adaptation américaine de la série britannique "House of Cards", qui constitue un test pour la plate-forme est LE carton planétaire de l'année 2013. Il faut dire que l'entreprise a mis les moyens en confiant la réalisation à David Fincher et en pariant sur le duo Kevin Spacey-Robin Wright dans les rôles principaux. Au-delà de son succès, Netflix va imposer un nouveau modèle avec "House of Cards". En proposant tous les épisodes de la saison d'un coup, l'entreprise va encourager le "binge watching", qui est plus ou moins devenu la norme aujourd'hui. Grâce à House of Cards, Netflix a gagné en popularité dans le monde entier, ce qui encourage la société à miser de plus en plus sur ses propres contenus. Et ça paie ! Des programmes maison comme "Narcos" , "Orange is The New Black", ou plus récemment "Stranger Things" , connaissent également le succès à l'échelle planétaire. En position de force, Netflix va ensuite s'orienter vers la création de contenus à l'international , principalement en Europe où elle a déjà investi plus de 1,75 milliard de dollars. C'est ainsi qu'ont vu le jour des séries comme "Marseille" (France), "Dark" (Allemagne) ou "The Crown" (Royaume-Uni). Aujourd'hui, grâce à la croissance de ses abonnés, Netflix n'a toujours pas besoin de recourir à la publicité. Mieux, la société profite de ses réussites, à la fois populaires et financières, pour produire des contenus toujours plus ambitieux.  Les chaînes de télévision traditionnelles ont du souci à se faire...