Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Natation: du bronze européen et Tokyo à portée de main pour le 4x100 m féminin
AFP17/05/2021 à 22:40
Temps de lecture: 3 min

Le relais français composé de Marie Wattel, Charlotte Bonnet, Anouchka Martin et Assia Touati, médaillé de bronze sur 4x100 m libre à l'Euro de natation de Budapest, le 17 mai 2021 ( AFP / Attila KISBENEDEK )

Le relais français composé de Marie Wattel, Charlotte Bonnet, Anouchka Martin et Assia Touati, médaillé de bronze sur 4x100 m libre à l'Euro de natation de Budapest, le 17 mai 2021 ( AFP / Attila KISBENEDEK )

Emmené par Marie Wattel et Charlotte Bonnet, le relais 4x100 m féminin a apporté à l'équipe de France sa première médaille de la semaine, en bronze, aux Championnats d'Europe de natation, lundi à Budapest, et sa qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo est à portée de main.

Il y a trois ans à Glasgow, déjà avec Bonnet et Wattel, mais aussi avec Béryl Gastaldello, l'autre sprinteuse tricolore qui monte, les Françaises s'étaient parées d'or.

Sans Gastaldello cette fois, restée s'entraîner aux Etats-Unis, mais avec Anouckha Martin et Assia Touati, elles se sont classées troisièmes (3:35.92), derrière la Grande-Bretagne (3:34.17) et les Pays-Bas (3:34.29).

"Ce n'est pas la composition habituelle, on pensait se faire distancer beaucoup plus par les Hollandaises notamment, et on n'est vraiment pas loin de la première place, c'est cool", se réjouit Bonnet.

Au-delà du podium européen, ce qu'il faut retenir, c'est que le relais français peut quasiment dire qu'il tient sa place pour les JO dans dix semaines (23 juillet-8 août).

Pour s'y inviter, le quatuor bleu, absent - pour neuf centièmes - des Mondiaux-2019 où douze des seize billets olympiques ont été distribués, doit impérativement faire partie des quatre meilleures nations mondiales n'en ayant pas encore empoché, au 31 mai.

- "Une carte à jouer à Tokyo" -

Après cette finale continentale, il occupe la deuxième position, à la faveur de ses 3 min 35 sec 64 nagées à Saint-Raphaël en décembre dernier, derrière la performance britannique dans le bassin hongrois. Danoises et Italiennes, entre autres, restent derrière.

Marie Wattel grande très en vue lors du relais 4x100 m qui a apporté le bronze de l'Euro à la France, le 17 mai 2021 à Budapest ( AFP / Attila KISBENEDEK )

Marie Wattel grande très en vue lors du relais 4x100 m qui a apporté le bronze de l'Euro à la France, le 17 mai 2021 à Budapest ( AFP / Attila KISBENEDEK )

Wattel comme Bonnet se projettent déjà à Tokyo.

"On n'est pas à notre meilleur niveau, on le sait, ce n'était pas l'objectif non plus, rappelle la première. A Tokyo, on aura une belle carte à jouer. Pourquoi pas rêver et aller chercher un podium ? Je pense que c'est possible. Avec de l'affûtage, avec Béryl qui peut nous ajouter de la vitesse, j'y crois vraiment à ce relais."

Avec Gastaldello, et "avec plus de niveau et plus de forme dans quelques mois, ça laisse espérer un gros truc, c'est clair", abonde la deuxième.

Peu avant la finale du 4x100 m, Wattel s'est qualifiée pour celle du 100 m papillon, programmée mardi soir, avec le deuxième chrono, en 57 sec 48. Seule la Suédoise Louise Hansson a été plus rapide (56.73), comme en séries.

Wattel, qui s'entraîne à Loughborough, en Angleterre, n'est encore jamais montée sur un podium international en individuel.

Mélanie Hénique, sur 50 m (25.08, 14e temps), et le jeune Yohann Ndoye Brouard, sur 50 m dos (25.11, 10e temps), n'ont eux pas passé le cut des demi-finales.

- Kolesnikov en pleine progression -

C'est sur cette course - non-olympique - que Kliment Kolesnikov est devenu le premier homme sous les 24 secondes en améliorant son record du monde de sept centièmes, en 23 sec 93 (contre 24.00 en 2018 à Glasgow).

Le Russe Kliment Kolesnikov après avoir pulvérisé le record du monde du 50 m dos aux Championnats d'Europe de Budapest, le 17 mai 2021  ( AFP / Tobias SCHWARZ )

Le Russe Kliment Kolesnikov après avoir pulvérisé le record du monde du 50 m dos aux Championnats d'Europe de Budapest, le 17 mai 2021 ( AFP / Tobias SCHWARZ )

"C'est un sentiment incroyable", commente-t-il.

A 20 ans, Kolesnikov, triple champion d'Europe 2018 (50 m dos, 100 m dos et 4x100 m messieurs), est en pleine progression : sur 100 m, la course reine, il se présente avec la meilleure performance mondiale de la saison, en 47 sec 31, et a abaissé son record personnel, qui datait alors de 2018, de plus de sept dixièmes en deux jours en avril.

Habituée des podiums et de leur plus haute marche : quelques jours après avoir fêté ses 32 ans, Katinka Hosszu s'est elle offerte une quatorzième couronne continentale, la quatrième sur 400 m 4 nages (après 2012, 2014 et 2016). La Hongroise s'est imposée en 4 min 32 sec 73, soit la deuxième meilleure performance mondiale de la saison.

"La course était douloureuse, mais c'est normal, reconnaît-elle. C'est un chrono qui me fait du bien. J'ai besoin de courses, de courses, et encore de courses pour être au top."

Celle qui a pour marque de fabrique d'enchaîner les départs sans répit, ce qui lui vaut d'être surnommé "Iron Lady" (la Dame de fer), s'est toutefois octroyé un programme plus léger, avec deux autres courses individuelles seulement, le 200 m 4 nages et le 200 m papillon.

es/fmd

Les Risques en Bourse

Fermer