Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

NanoFlowcell veut révolutionner la voiture électrique
Partenaire24/03/2015 à 14:30
Temps de lecture: 3 min

Si le style de la Quant F de NanoFlowcell vaut le détour à lui tout seul, notamment grâce à ses portes papillon qui s'ouvrent sur tout l'habitacle, c'est sa fiche technique qui étonne le plus, avec une motorisation inédite et des performances dignes d'une supercar.

Si le style de la Quant F de NanoFlowcell vaut le détour à lui tout seul, notamment grâce à ses portes papillon qui s'ouvrent sur tout l'habitacle, c'est sa fiche technique qui étonne le plus, avec une motorisation inédite et des performances dignes d'une supercar.

Un an après son étonnant concept e-Sportlimousine, qui avait fait grand bruit lors de l'édition 2014 du salon automobile international de Genève, le constructeur NanoFlowcell a encore frappé un grand coup cette année en Suisse. Il a présenté deux nouveaux modèles dotés de la même technologie innovante que son premier modèle, et qui pourraient donner naissance à la voiture de demain : l'imposante Quant F et le petit coupé Quantino. Leur particularité ? Ces deux véhicules fonctionnent grâce à une technologie inédite, qui consiste à produire de l'électricité en mélangeant deux liquides chargés en ions, positifs d'un côté et négatifs de l'autre.

Après la révolution des véhicules fonctionnant à l'hydrogène, symbolisée par le succès commercial de la Toyota Mirai, NanoFlowcell pourrait apporter au développement de la voiture électrique l'un des coups de pouce les plus importants en 180 ans d'histoire.

La protection de l'environnement au service de la performance

Tout le monde ou presque connaît la marque Tesla, considérée comme le must en matière de voiture électrique haut de gamme. Mais qui a déjà entendu parler du constructeur NanoFlowcell, basé au Liechtenstein ? Personne, à part les fondus d'automobile. Et pourtant, il pourrait révolutionner la voiture électrique avec un concept nouveau. En lieu et place de la traditionnelle batterie rechargeable, ses véhicules embarquent deux grands réservoirs contenant du liquide ionique (250 litres chacun pour la Quant F, 175 litres pour la Quantino), l'un chargé en ions positifs et l'autre en ions négatifs. Lorsqu'ils se mélangent à travers une membrane spéciale, la réaction chimique engendrée génère de l'électricité grâce au principe d'oxydoréduction. Le principe n'est pas nouveau, car c'est la NASA qui a largement participé à sa découverte dans les années 1970, mais il s'agit d'une première dans le monde de l'automobile. Le tout fonctionne grâce à quatre moteurs électriques placés dans les roues.

Le plus impressionnant avec cette technologie, appelée "flow cell", ce sont les performances qu'elle permet d'obtenir sans aucune émission de gaz à effet de serre. Grâce à ses deux réservoirs de 175 litres, la Quantino serait capable de rouler 1 000 kilomètres sans recharge avec une vitesse de pointe de 200 km/h. La Quant F, elle, fait encore mieux. Elle abat le 0 à 100 km/h en 2, 8 secondes seulement, un meilleur temps que la version la plus puissante de la nouvelle Audi R8 ou que la nouvelle Ferrari 488 GTB dévoilée à Genève. Avec une vitesse maximum de 300 km/h, une puissance combinée de 1 090 ch et une autonomie annoncée supérieure à 800 km, elle pourrait séduire les amateurs de supercars qui se soucient de l'environnement (oui, ça existe !) D'ailleurs, au rayon des véhicules propres, elle fait mieux en termes d'autonomie que la Tesla Model S ou la Toyota Mirai.

En théorie, la technologie mise au point par NanoFlowcell paraît bien plus pratique que la recharge filaire actuelle, mais la question des points de ravitaillement n'est pas encore réglée. Et quand on voit le temps qu'il faut pour mettre en place un réseau digne de ce nom, permettant de circuler en voiture électrique sans craindre la panne, on se dit qu'il va falloir encore patienter quelques années. Côté financement, le constructeur a annoncé à Genève sa future introduction en bourse. Mais la tâche s'annonce tout de même très compliquée, même si cela n'empêche pas NanoFlowcell de continuer à avancer. La Quant F a ainsi été homologuée pour la route en fin d'année dernière, par l'organisme d'inspection technique allemand TüV.

Il reste donc beaucoup de chemin à faire pour voir ces véhicules du futur débarquer sur le marché. Mais la technologie qu'ils utilisent pourrait révolutionner l'automobile, et même s'étendre à d'autres domaines.

Les Risques en Bourse

Fermer