Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Najib Gandi, de la Ligue 1 au community management
So Foot05/12/2020 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

Najib Gandi, de la Ligue 1 au community management

Najib Gandi, de la Ligue 1 au community management

Le changement est total. Milieu de terrain du FC Nantes il y a encore trois ans, Najib Gandi semble aujourd'hui bien loin des strass et des paillettes qu'il a connus en Ligue 1. Il y a peu, le Marseillais de 26 ans est en effet devenu community manager pour une marque de vêtements. Entretien avec un garçon nostalgique de son passé dans le monde professionnel, qu'il n'exclut pas de réintégrer.

Salut Najib. On t'avait quitté joueur du FC Nantes, on te retrouve community manager dans la mode... Sacré changement !
C'est sûr. (Rires.) Quand j'ai commencé à jouer en Ligue 1, j'ai malheureusement connu les décès de mon père et de ma grand-mère, qui m'ont complètement chamboulé. Je n'arrivais plus à jouer, je me blessais, je tombais malade, je ne me réveillais pas à l'heure... C'était un désastre. Quand je suis rentré à Marseille, d'où je suis originaire, j'ai regardé ma mère et je me suis dit que je ne pouvais pas me séparer d'elle. Perdre mon père avait déjà été assez dur comme ça. À la fin de cette saison-là, j'ai décidé de tout arrêter, malgré des tests plutôt convaincants à Brest et Nancy. J'ai stoppé le foot pendant un an, avant de signer à l'AS Lyon Duchère en National l'année dernière, où ça ne s'est pas très bien passé. En plus, il y a eu le confinement. Je suis rentré chez moi, et j'ai eu cette opportunité il y a peu avec une marque qui s'appelle Égérie des Cités.

Kita suspendu deux mois par la LFP

Comment tu en es arrivé là ?
Beaucoup de gens me voyaient bosser dans la mode. Ça m'intéressait, car j'aime beaucoup les habits, je regarde souvent les gens en kiffant leur style, mais je n'ai pas eu les couilles de me lancer tout seul. Je ne connaissais pas grand-chose de ce monde-là. Égérie des Cités a été créée par trois amis à moi, dont deux footballeurs, Prince Osei Owusu (Paderborn) et Elisha Owusu (La Gantoise). Ils savaient que j'aimais leur marque, et ils cherchaient à élargir le projet. Ils ont pensé à moi pour les rejoindre et j'ai foncé tête baissée.

Tu continues le foot malgré tout ?
Je joue à Aubagne, en National 2. Ça se passe super bien, on est premiers du championnat. Après un passage en centre de formation, je n'aurais jamais pensé pouvoir être aussi Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer