Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Moustapha Name : "Tout ce que je demande, ce sont mes siestes et YouTube"
information fournie par So Foot09/11/2021 à 14:00
Temps de lecture: 2 min

Moustapha Name : "Tout ce que je demande, ce sont mes siestes et YouTube"

Moustapha Name : "Tout ce que je demande, ce sont mes siestes et YouTube"

Élu meilleur joueur de la saison écoulée par les supporters du Paris FC, Moustapha Name confirme un peu plus cette année. Cadre du contingent parisien, le milieu de terrain de 26 ans, grand pote d'Idrissa Gueye, souhaite désormais viser plus haut avec son club, lui qui a longtemps été en quête de stabilité depuis son Sénégal natal. Entre problèmes de visa et entrée chez les Lions de la Téranga, bienvenue chez "Mousti".

Moustapha, comment juges-tu la période actuelle du Paris FC ?
En début de championnat, on a eu une période délicate. On a enchaîné des mauvais résultats et le contenu n'était pas flamboyant. Mais le groupe remonte bien la pente et peut maintenant espérer plus grand. Le PFC s'est stabilisé en Ligue 2 depuis plusieurs années et ça serait mentir que de dire que l'on ne vise pas plus haut.

L'objectif c'est donc d'enfin franchir les play-offs ?
Le club a souvent loupé le coche en toute fin de saison. Les play-offs sont donc un premier objectif à aller chercher. Le prix à payer, c'est que ce système est très long pour les clubs de Ligue 2. C'est un vrai marathon et il est souvent difficile de tenir la distance.

Cette idée de marathon représente assez bien l'ensemble de ta carrière...
Disons que j'ai mis un peu de temps avant de me lancer. Et pourtant, ça aurait pu se décanter très vite pour moi, dès mes débuts au Dakar Sacré-Cœur. En 2011, j'ai été sollicité par le Chievo. Tout s'était bien passé et j'aurais pu rejoindre l'Italie dans la foulée. Malheureusement, j'étais encore mineur, mon club s'est chargé des négociations et ça ne s'est jamais fait, allez savoir pourquoi. Le plus frustrant, c'était de ne pas avoir son mot à dire. Cet épisode m'a particulièrement marqué.

"Dans la famille, il y a beaucoup de footeux : mon père a joué en première division sénégalaise, mon grand frère Abdoulaye était professionnel au Portugal et mon oncle, Amadou Mbodj a longtemps joué à Besançon en D2."

Tu es pourtant issu d'une famille assez proche du monde du football.
C'est vrai. Dans la famille, il y a beaucoup de footeux : mon père a joué en première division sénégalaise, mon grand frère Abdoulaye était professionnel au Portugal et mon oncle, Amadou Mbodj a longtemps joué à Besançon en D2. Donc oui, je