Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Marsoni Sambu : "À Cholet, on m'appelle le Rasta Rockett"
So Foot02/04/2021 à 14:00
Temps de lecture: 2 min

Marsoni Sambu : "À Cholet, on m'appelle le Rasta Rockett"

Marsoni Sambu : "À Cholet, on m'appelle le Rasta Rockett"

Arrivé à Cholet il y a moins d'un an, Marsoni Sambu fait aujourd'hui le bonheur d'un candidat à la montée en Ligue 2 que personne n'avait vu venir. Son match de Danone Cup face à Maxwel Cornet, sa comparaison avec Thomas Meunier, ses folies capillaires... Rencontre avec le latéral droit belge de 24 ans, qui dévoile le secret de sa pointe de vitesse : les soupes de sa mère.

Cholet représente ta première expérience hors de Belgique, comment se passe la vie de tous les jours ?
En Belgique, j'étais tout le temps entouré ! J'ai toujours joué au football à Liège. Là-bas, j'avais tous les jours quelque chose à faire. J'étais avec mes potes, ma famille. Ici, je suis plus livré à moi-même. Après le foot, je dois m'occuper de moi tout seul ! Je dois prendre soin de moi, c'est d'ailleurs ici que j'ai appris à me faire à manger. Mon approche des entraînements et des matchs a changé, elle aussi : je suis plus concentré, j'ai moins de distractions. De ce point de vue, le coronavirus est un mal pour un bien. Que tout soit fermé, ça m'aide à me concentrer sur mon football. Je suis ici pour jouer au football : avant de faire le touriste, je dois rester focus sur ma mission première. Cholet est une ville sportive, on ne peut pas sortir sans voir de sportifs dans les rues. Les habitants sont concernés par le sport, ils soutiennent l'équipe. Il y a l'objectif de voir l'équipe de foot monter aussi haut que celle de basket, qui joue en Pro A.

"C'était un plaisir de voyager avec son équipe, de voir Zidane et de jouer au Parc des Princes."

Quand on fait deux-trois recherches sur toi, on tombe vite sur une photo à la Danone Cup. Elle date de quand ?
C'était en 2008, j'avais douze ans. C'est une expérience de représenter son pays ! Je ne sais pas si depuis, la Belgique a réalisé un meilleur exploit que nous à l'époque. On avait été éliminés en quarts de finale par la France, qui a fini par gagner cette année-là. C'était un plaisir de voyager avec son équipe, de voir Zidane et de jouer au Parc des Princes. Je ne pensais pas pouvoir en arriver là un jour. L'équipe de France contre qui on a joué, c'était principalement le FC Metz. Il y avait Maxwel Cornet, notamment. Nous, on était plutôt une sélection. J'étais avec mes potes.



Que sont devenus Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer