Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Lucas Paqueta, la faute et le goût
So Foot01/03/2021 à 00:30
Temps de lecture: 2 min

Lucas Paqueta, la faute et le goût

Lucas Paqueta, la faute et le goût

Coupable d'une main provoquant l'égalisation marseillaise sur penalty, puis d'une semelle synonyme d'expulsion, Lucas Paqueta peut regretter d'avoir miné la domination lyonnaise, mais aussi d'avoir mis fin au spectacle qu'il proposait jusqu'alors.

Daft ou pas, c'était une soirée à danser le funk. Une soirée où Lucas Paqueta s'est mis à virevolter entre les lignes marseillaises, à marquer les temps du talon et à faire péter les paillettes. Mais pour le Brésilien, elle s'est achevée à la 70e minute en faisant péter la cheville de Payet. Second carton jaune et donc retour anticipé aux vestiaires. Contrairement à trois des cinq derniers matchs où l'ancien du Milan a trouvé le chemin des filets, il n'y aura donc pas de choré pour célébrer une action décisive, même si celle qu'il a créée sur l'ouverture du score de Karl Toko Ekambi, ce centre qu'a laissé couler Houssem Aouar, aurait pu le mériter. Le problème c'est qu'entre un début de récital canon et son expulsion, Lucas Paqueta a trébuché. En contrant du bras la frappe de Pape Gueye, le milieu de terrain lyonnais a offert juste avant la mi-temps un penalty à un OM qui avait besoin de ce genre de coup de main pour ne pas couler. Sortir les abdos pour montrer que le ballon a d'abord rougi ses côtes n'aura en rien impressionné M. Millot, qui opposera aux biscotos une première biscotte au goût de double peine.

Paqueta, ma che bella


Alors oui, après ce match nul (1-1), les Lyonnais peuvent crier à l'injustice. Leur directeur sportif Juninho n'a d'ailleurs pas attendu qu'on lui en donne le feu vert. "Je sais qu'il ne faut pas parler de l'arbitrage pourtant, ce soir, ça touche la main de Paqueta, mais ça touche le ventre d'abord. Tu ne peux pas donner le jaune en plus, enrageait le directeur sportif au micro de Canal+. Après, on a tous vu la main de Nagatomo... C'est l'arbitre qui décide de la rencontre." C'est son point de vue. Mais si les Lyonnais doivent crier à l'injustice, c'est surtout parce qu'avec ces deux fautes de jeu, c'est une des meilleures prestations de Lucas Paqueta qui a été écourtée. À la récupération, à la conservation, à l'orientation, le garçon de 23 ans a prouvé pourquoi l'Olympique lyonnais a consenti à débourser 20 millions d'euros pour relancer ce joyaux. En témoignent ses 89% de passes réussies, dont une décisive, mais aussi ses 8 duels gagnés Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer