Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Lip, une saga française
Partenaire14/02/2014 à 14:30
Temps de lecture: 2 min

L'édition limité GDG 145 Automatic a été lancée pour fêter les 145 ans de Lip.

L'édition limité GDG 145 Automatic a été lancée pour fêter les 145 ans de Lip.

En matière de montres, la domination suisse est incontestable. L'organisation dans ce pays des rendez-vous les plus prestigieux le rappelle, avec le SIHH de Genève et Baselworld, qui s'ouvrira à Bâle le 27 mars prochain (on y retrouvera notamment la nouvelle Villeret de Blancpain ).

Sans atteindre ces sommets de luxe et de complexité, la France compte aussi quelques marques au riche passé, dont certaines ont atteint un âge très vénérable. C'est le cas de Lip, une entreprise fondée en 1867 et qui a su innover et se réinventer pour durer, malgré des périodes difficiles.

Une affaire de famille

Avec Breguet (et ses splendides montres d'aviateur ) ou Charles Oudin, Lip est l'une des plus anciennes maisons horlogères de France. Elle fait partie (aux côtés de Zenith, Maty ou Yema) de ces marques nées à Besançon, capitale française de la montre depuis l'installation d'horlogers suisses à la fin du XVIIIe siècle.

Lip est d'abord une affaire de famille. Tout commence en 1807, lorsque Emmanuel Lipmann, artisan horloger, créé une montre à gousset offerte à l'empereur Napoléon Bonaparte par les habitants de Besançon. 60 ans plus tard, le petit-fils d'Emmanuel, Ernest, ouvre un atelier de production : c'est le début de la saga Lip, qui s'illustre en fabriquant des montres-bracelets pour les officiers artilleurs de l'armée française puis des montres de bord et même des munitions lors des deux guerres mondiales.

La marque connaît ensuite son âge d'or dans les années 1950. Toujours basée à Besançon, elle emploie alors 1 500 personnes et produit 300 000 montres par an. Devenu président de Lip en 1945, Fred Lipmann fait évoluer Lip avec de nouveaux calibres novateurs. En 1958 est lancée la mythique Electronic, offerte à Charles de Gaulle.

Une longévité record malgré les crises

Après Winston Churchill, le nouveau président français devient l'un des plus célèbres porteurs de Lip. Il écrit au dos d'une photo cette célèbre dédicace à l'attention de son directeur : "À Monsieur Fred Lip, grâce à qui je mesure chaque jour les heures qui me sont comptées". Pour rendre hommage à cette relation privilégiée, Lip lance ensuite le modèle Général de Gaulle, qui prend place dans sa gamme Historique aux côtés de l'aviateur Jean Mermoz et de l'alpiniste Maurice Herzog ( le modèle culte Himalaya ).

L'entreprise poursuit sur son créneau novateur, multiplie les collaborations avec des designers comme Roger Tallon et François de Baschmakoff (on peut retrouver les garde-temps dans la gamme Créateurs). Elle se lance aussi dans la fabrication des premières montres à quartz françaises, mais les difficultés économiques sont trop grandes. Lip doit déposer le bilan en 1973, avant d'être liquidée en 1977. Sa reprise en 1984 reste sans lendemain et l'on peut alors penser que Lip fait désormais partie du passé.

Mais la société est rachetée en 1990 par l'homme d'affaires Jean-Claude Sensemat, qui oriente Lip vers une orientation "made in France" et vintage, avec la réédition de modèles qui ont fait sa renommée comme la Général de Gaulle. Aujourd'hui, les garde-temps Lip perpétuent leur héritage dans un registre sobre et abordable (de 70 à 320 euros et 800 euros pour l'édition spéciale GDG 145 Automatic). Pourquoi s'en priver ?

Les Risques en Bourse

Fermer