Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Les voitures volantes bientôt prêtes à décoller
information fournie par Webedia20/11/2019 à 07:00
Temps de lecture: 2 min

Les voitures volantes bientôt prêtes à décoller (Crédits photo : Adobe Stock)

Les voitures volantes bientôt prêtes à décoller (Crédits photo : Adobe Stock)

Incontournables pour les amateurs de science fiction, les voitures volantes sont longtemps restées au stade de fantasme. Mais depuis quelques années, au gré des expérimentations, ces engins futuristes sont devenus une réalité. Mieux, leur mise en service est imminente. Selon une étude publiée le 7 novembre par le cabinet de conseil en stratégie Oliver Wyman, 170 prototypes de e-VTOL (aéronefs électriques à décollage et atterrissage verticaux) sont en développement dans le monde. Volocopter, Ehang, Uber, Lilium, Aeromobil, Airbus, Boeing... pour les grandes entreprises comme pour les start-up, la course est lancée.

L'union fait la force

Selon le cabinet Oliver Wyman, les premiers véhicules volants devraient êtres mis en vente à partir de 2021, avec des vols commerciaux proposés dès 2023. Pour trouver les premiers trajets ouverts au grand public, il faudra attendre 2025, avant un déploiement à grande échelle à partir de 2030. D'ici là, ce mode de transport devrait représenter 1% des déplacements. Et à l'horizon 2035, le marché des taxis volants devrait représenter entre 35 et 40 milliards de dollars de revenus. Pour que cette prédiction se réalise, il faudrait que 60 à 90 villes s'y mettent, avec entre 40 000 et 60 000 véhicules en circulation. Selon le cabinet, les villes congestionnées d'Asie (Canton, Singapour...) et d'Amérique (Los Angeles, Sao Paulo...) devraient être les premières à sauter le pas. 

À l'heure actuelle, les voitures volantes ne sont pas encore tout à fait opérationnelles. Leurs batteries ne leur permettent pas d'effectuer des trajets supérieurs à 25 minutes avec deux passagers à bord. Et même si la technologie s'améliore d'année en année, il n'existe pas encore de système de gestion du trafic aérien à basse altitude. Quant aux infrastructures nécessaires au déploiement des ces moyens de transport innovants, tout reste à construire.

En raison de la complexité de ce marché, et des nombreuses compétences nécessaires pour déployer des voitures volantes, la solution passe par des coalitions entre différents acteurs de ce secteur naissant. Parmi elles, trois se détachent du lot. La première est celle emmenée par Uber, qui collabore notamment avec Boeing ou le constructeur aéronautique brésilien Embraer. La seconde concerne Airbus, qui travaille avec le groupe Volkswagen et s'est allié avec la RATP, la ville de Paris et le groupe Aéroports de Paris. La troisième s'articule autour de la start-up allemande Volocopter, qui s'est associée avec Daimler, Geely et la ville de Singapour. Le chemin est encore long pour tous ces acteurs, lancés dans une course à la certification, mais les voitures volantes sont sur la bonne route.