Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les marchés de Noël, entre tradition et business
Webedia25/11/2019 à 13:00
Temps de lecture: 3 min

Les marchés de Noël, entre tradition et business (Crédits photo : Adobe Stock)

Les marchés de Noël, entre tradition et business (Crédits photo : Adobe Stock)

Nés en Allemagne au 14e siècle, les marchés de Noël sont rapidement devenus une tradition en France, notamment dans la région alsacienne. C'est d'ailleurs à Strasbourg que l'on trouve le plus ancien marché de ce type de l'Hexagone. Le Christkindelsmärik, qui se tient depuis 1570, attire chaque année deux millions de visiteurs venus des quatre coins du monde. Dans les années 1990, les marchés de Noël ont connu un important développement sur tout le territoire français. Depuis, dans les villes ou les villages, de petites échoppes s'installent à chaque fin d'année pour proposer des gourmandises régionales, des décorations ou toutes sortes de cadeaux. Mais si l'atmosphère de Noël qui règne lors de ces événements fait rêver les visiteurs, la tradition laisse parfois la place au business pur et simple.

37 marchés de Noël officiels en France

Avec ses 37 marchés permanents qui prennent place à la fin de l'année durant plusieurs semaines, la France est aujourd'hui le deuxième pays européen en nombre de marchés de Noël. Elle se trouve très loin derrière l'Allemagne et ses 2 234 adresses, mais elle devance la Grande-Bretagne, qui ne compte que 15 marchés officiels. Parmi ces marchés français, les dix principaux drainent à eux seuls 72% des dépenses totales des visiteurs lors des événements de ce type, soit 288 millions d'euros. Strasbourg figure évidemment en tête des marchés rapportant le plus d'argent, puisque les deux millions de visiteurs annuels du Christkindelsmärik dépensent en moyenne 67 euros chacun. Paris est également bien placée avec ses deux grands marchés de La Défense et des Champs-Élysées, tout comme Nantes, Lyon ou Reims.

Strasbourg, capitale de Noël

Puisque les visiteurs de ces marchés de Noël sont dans de bonnes conditions pour dépenser de l'argent, il arrive que le business prenne le pas sur la tradition. Aujourd'hui, dans les échoppes, il n'est pas rare de voir des produits du terroir tutoyer de la malbouffe ou des cadeaux "made in China". Pour que son marché séculaire ne perde pas son âme, Strasbourg sélectionne drastiquement les commerçants qui occuperont les 300 chalets de son Christkindelsmärik. La ville examine les candidatures des mois à l'avance, délivre une liste de produits autorisés à la vente et effectue régulièrement des contrôles afin de vérifier que tout est bien respecté. Car c'est bien l'authenticité du marché de Noël de Strasbourg qui fait sa renommée. Malgré tout, dans la capitale alsacienne comme ailleurs, certains vendeurs de pacotille parviennent à passer entre les mailles du filet. Devenu légendaire au fil des années, le Christkindelsmärik génère des retombées économiques évaluées à 250 millions d'euros en 2018. Autoproclamée "capitale de Noël", Strasbourg ne compte pas s'arrêter là. Elle a déjà exporté son marché à Tokyo, à Moscou ou encore à Pékin pour augmenter sa notoriété. Une stratégie qui permet surtout à la cité alsacienne d'apparaître dans les circuits touristiques des Russes, des Chinois ou des Japonais venant visiter la France. https://twitter.com/Chineinfocom/status/674269045882019840

Des emplacements toujours plus onéreux

Si tout semble aller pour le mieux pour les principaux marchés de Noël français, ils pourraient à terme être victimes de leur succès. À mesure que leur fréquentation augmente, et que les ventes suivent, la demande pour des emplacements s'accroît. De ce fait, les villes n'hésitent pas à réclamer aux commerçants des sommes toujours plus importantes en échange d'une place sur un stand. Ainsi, à Strasbourg, un emplacement pour un chalet coûte entre 1 000 et plus de 7 000 euros. À cela, il faut ajouter l'électricité ou encore la location du cabanon. À Paris, selon la surface et l'emplacement, louer un chalet durant sept semaines sur les Champs-Elysées coûte entre 10 000 et 20 000 euros. Pour rembourser ces frais, certains commerçants sont tentés de gonfler les prix de leurs produits ou d'accorder moins d'importance à la qualité de leur marchandise. Du côté des visiteurs, l'idéal pour savoir si un marché de Noël a conservé son authenticité reste d'aller le visiter et de discuter avec les vendeurs sur leurs stands. Tous n'ont pas perdu le fameux "esprit de Noël" au profit du business.

Les Risques en Bourse

Fermer