Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Les "fils de" de la course automobile
information fournie par Partenaire10/09/2015 à 17:30
Temps de lecture: 2 min

Jules Bianchi ne tenait pas de son père Philippe, mais de son grand-père pilote, Mauro. En outre, le frère de ce dernier, Lucien Bianchi, avait connu le même sort que Jules près d'un demi-siècle avant lui, sur le circuit des 24 Heures du Mans.

Jules Bianchi ne tenait pas de son père Philippe, mais de son grand-père pilote, Mauro. En outre, le frère de ce dernier, Lucien Bianchi, avait connu le même sort que Jules près d'un demi-siècle avant lui, sur le circuit des 24 Heures du Mans.

Dans la grande famille du sport, il n'y a pas que les fratries qui mènent la danse. Les athlètes se passent aussi le relais de génération en génération, créant parfois des dynasties de champions. La course automobile ne fait pas exception, comme nous le prouvent les "fils de" célèbres de la discipline.

L'ADN de la course

La course automobile c'est souvent une affaire de famille. Par conséquent, il n'est pas rare de constater que certains champions sont en fait des enfants de la balle. L'un d'entre eux s'est éteint il y a peu, sous les yeux impuissants de la profession et du public. Il s'agit évidemment du jeune Jules Bianchi, parti à seulement 25 ans, après avoir lutté pendant neuf longs mois dans le coma. Si cette tragédie a marqué les esprits, elle oblige à l'optimisme, en célébrant ce pourquoi Jules Bianchi se levait le matin avec une furieuse envie de gagner : la course. Et il avait de bons gènes.
Si, chez les Bianchi, le père de Jules n'avait pas osé faire carrière dans le sport automobile, son grand-oncle Lucien était un pilote émérite. Lui aussi avait connu un destin tragique, trouvant la mort lors des essais préliminaires des 24 Heures du Mans en 1969, alors qu'il n'avait que 34 ans. Le grand-père de notre jeune loup de la Formule 1 parti trop tôt, Mauro Bianchi, était pilote lui aussi. Mais après s'être retrouvé gravement blessé sur le circuit qui avait emporté son frère, il a décidé de tirer sa révérence avant qu'il ne soit trop tard.

Aux Etats-Unis, l'inénarrable dynastie Andretti pourrait symboliser à elle seule l'esprit de famille sur les circuits. Mario et son frère Aldo sont des pilotes italo-américains de légende, et leurs descendants respectifs ont repris le flambeau. Michael et Jeff du côté de Mario, ainsi que John et Adam, la progéniture d'Aldo, ils sont en effet tous pilotes. Et c'est sans compter sur le fils de Michael, Marco, lui aussi dans le circuit. On finirait par s'y perdre.

Le milieu de la course automobile compte une multitude d'autres familles de pilotes, de pères en fils, tels que les Rosberg, les Foyt, la tribu hautement féminine des Force, quatre générations de Petty et ainsi de suite. Quant à Jean Alesi, pour revenir aux pilotes de l'Hexagone, il a pu voir son fils de 15 ans, Giuliano, marcher sur ses traces en participant à son premier championnat de France Formule 4 cet été. On lui souhaite évidemment la même carrière que celle de son père, ancien pilote rompu aux championnats du monde de Formule 1.