Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les cinq livres à ne pas rater en cette fin d'année
Partenaire18/11/2013 à 14:30
Temps de lecture: 2 min

La fin de l'année est l'occasion de récompenser les ouvrages les plus marquants de 2013.

La fin de l'année est l'occasion de récompenser les ouvrages les plus marquants de 2013.

Les éditeurs peuvent se frotter les mains et apposer leurs fameux bandeaux rouges. Les prix littéraires ont rendu leur verdict et on a beaucoup parlé d'écrivains ces dernières semaines. Plus que d'en parler, il faut aussi les lire : retour sur cinq oeuvres qui ont marqué les esprits.

"Au revoir là-haut" de Pierre Lemaitre (prix Goncourt)

Récompensé du prix le plus prestigieux et attendu, le Goncourt, "Au revoir là-haut" est bien dans l'air du temps puisqu'il évoque, en cette période de commémorations, la Grande guerre. L'oeuvre frappe par sa force, sa subtilité, et bien sûr le talent de son auteur Pierre Lemaitre, plus connu pour ses polars.

Car l'écrivain y relate l'histoire (fictive) de deux jeunes soldats démobilisés qui vont monter une étonnante et lucrative escroquerie. Une manière de prendre leur revanche sur ce pays, la France, qui essaie alors de tourner la page et ne veut plus entendre parler de ses poilus.

"Naissance" de Yann Moix (prix Renaudot)

Certainement l'ouvrage le plus difficile d'accès de cette sélection (et pas seulement pour ses 1143 pages), Naissance évoque comme son nom l'indique la naissance, puis l'enfance de l'auteur lui-même.

Dans une veine autobiographique souvent délirante, de digression en digression, l'enfant mal-aimé Yann Moix part donc sur ses propres traces, une exploration qu'il décrit avec ironie, humour et une certaine mégalomanie. Surprenant.

"Il faut beaucoup aimer les hommes" de Marie Darrieussecq (prix Médicis)

Marie Darrieussecq, 44 ans, a été récompensée pour ce livre qui raconte, selon ses propres mots, "l'histoire d'une femme qui apprend qu'elle est blanche en aimant un Noir". Au-delà de la question des couples mixtes et du racisme, ce roman explore les thèmes de l'identité et de l'altérité.

Ces thèmes, Marie Darrieussecq les questionne en écrivant sur une passion brûlante, complexe et contrariée entre deux acteurs en vue à Hollywood : Solange, une française blanche, et Kouhouesso, un Canadien noir d'origine camerounaise.

"Plonger" de Christophe Ono-dit-Biot (grand prix de l'Académie française)

Journaliste, directeur adjoint de la rédaction de l'hebdomadaire Le Point, Christophe Ono-dit-Biot est un habitué des distinctions honorifiques, en témoigne notamment son prix Interallié en 2007 pour "Birmane". Avec "Plonger", il a reçu le Grand prix de l'Académie française mais aussi le Renaudot des lycéens.

Dans ce livre, Christophe Ono-dit-Biot met en scène un journaliste qui enquête sur la mort mystérieuse de la femme qu'il a aimée et qui lui a donné un fils auquel il doit la vérité.

"Canada" de Richard Ford (prix Fémina étranger)

"D'abord, je vais vous raconter le hold-up que nos parents ont commis. Ensuite les meurtres, qui se sont produits plus tard". C'est par ces mots énigmatiques que s'ouvre "Canada", dernier et long roman (736 pages) de l'Américain Richard Ford. Un livre salué par la critique et récompensé du Fémina étranger.

Ces paroles, ce sont celles du narrateur, Dell, un homme de 63 ans qui se souvient du coup de folie de ses parents, alors qu'il était adolescent, et des conséquences désastreuses qu'il impliqua, le condamnant à l'exil.

Avec ces quelque 3 220 pages, voilà de quoi donner des idées de cadeaux pour Noël. . . et de quoi lire jusqu'à l'année prochaine.

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer