Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les belles histoires de Père Maillot, épisode 2
So Foot05/05/2020 à 14:00
Temps de lecture: 1 min

Les belles histoires de Père Maillot, épisode 2

Les belles histoires de Père Maillot, épisode 2

Chaque mardi, le Père Maillot vous racontera trois anecdotes sur des maillots de foot. Cette semaine, les manches ajoutées du Cameroun de 2002, les quatre étoiles interdites de l'Uruguay en 2010 et les rayures historiques de la Juventus. Asseyez-vous au coin du feu, même si vous n'avez pas de cheminée.

Les quatre étoiles de l'Uruguay


De la Coupe du monde 2010 disputée par l'Uruguay, on se souvient avant tout de la main salvatrice de Luis Suárez lors du quart de finale contre le Ghana et d'un parcours sacrément costaud, magnifié par un Diego Forlán au sommet de son art. Mais les plus observateurs auront aperçu un détail peu évoqué, présent sur l'habillement de la Celeste : habituellement placées au-dessus du logo de la sélection, les quatre étoiles - représentant les victoires lors des Mondiaux 1930 et 1950, ainsi que les médailles d'or aux Jeux olympiques 1924 et 1928 - se retrouvent directement incorporées à l'emblème. Simple question de design ? Pas seulement. En réalité, il s'agit d'une astucieuse combine pour ne pas se faire taper sur les doigts par la FIFA.

Vidéo

Car si la Fédération accepte qu'un succès aux éditions des JO disputées entre 1924 et 1930 (avant, il n'y avait quasiment que des équipes européennes ; après, la Coupe du monde a été créée) soit récompensé d'une étoile selon ses textes, elle procède à une petite modification de règlement au début du mois d'avril 2010 : d'après l'article 16 du chapitre IV relatif au code vestimentaire, une étoile à cinq branches par Mondial glané doit figurer "sur la tenue de l'équipe première, à hauteur de poitrine, à proximité de l'emblème officiel". Dès lors, l'instance ne considère-t-elle plus les JO de l'Uruguay aussi légitimes que les Coupes du monde concernant les étoiles ? Le pays sud-américain ne s'interroge pas longtemps et préfère enfermer Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer