Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le travail c'est la santé... mais seulement après 10 heures !
Partenaire11/09/2015 à 14:30
Temps de lecture: 1 min

Si les conclusions du chercheur Paul Kelly ne donnent pas d'indication quant au nombre d'heures de sommeil idéal, elles tranchent en faveur d'un réveil plus tardif que ce à quoi nous sommes habitués.

Si les conclusions du chercheur Paul Kelly ne donnent pas d'indication quant au nombre d'heures de sommeil idéal, elles tranchent en faveur d'un réveil plus tardif que ce à quoi nous sommes habitués.

Après avoir étudié nos habitudes de sommeil et nos heures de réveil, Paul Kelly, chercheur à l'université d'Oxford, a conclu que l'on se levait trop tôt. En commençant notre journée de travail avant 10 heures, on souffrirait petit à petit d'un manque de sommeil sévère, ce qui met en danger notre santé sur le long terme. Raison de plus pour investir dans un bon matelas et prendre le temps d'y dormir suffisamment, au lieu de s'abreuver continuellement de café à toute heure.

Lundi, c'est 10 heures pour tout le monde !

Paul Kelly a mis en évidence le lien entre le modèle anglo-saxon neuf heures – dix-sept heures et l'augmentation du risque de développer des maladies. Cela inclut, mais ne se limite pas à la fatigue et au stress. Nos emplois du temps ne tenant pas compte du rythme circadien, qui correspond en fait à notre horloge interne, le cerveau et le foie sont particulièrement mis à rude épreuve. Mais le chercheur souligne également le lien avec les maladies mentales.

Le manque de sommeil a même un impact sur les performances dans le monde du travail, et notamment sur la mémoire. En outre, cela multiplie les risques d'addiction à diverses drogues.
Les plus jeunes sont, eux aussi, concernés par la fatigue. Un enfant de moins de dix ans n'est apte à se concentrer qu'à partir de 8h30, tandis qu'un adolescent de 16 ans doit attendre 10 heures et qu'un étudiant n'est efficace qu'à partir de 11 heures après le lycée.
C'est seulement à partir de 55 ans que l'on voit la courbe s'inverser. Les "seniors" peuvent ainsi débuter leur journée avant dix heures, à condition de se fier à leur horloge biologique.

Pour la petite histoire, Albert Einstein dormait en moyenne dix heures par nuit, et faisait une sieste quotidienne de deux heures dans l'après-midi, tandis que Donald Trump prétend ne dormir que trois à quatre heures par nuit. A vous de voir qui vous inspire le plus. . .

Les Risques en Bourse

Fermer