Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Smiley, une création française qui rapporte
Partenaire24/06/2016 à 07:30
Temps de lecture: 3 min

Aujourd'hui, le smiley est partout. Sur des vêtements, de la papeterie, des galettes de pommes de terre, des paquets de biscuits... Des produits dérivés qui rapportent gros à la société SmileyWorld, qui appartient au Français Nicolas Loufrani.

Aujourd'hui, le smiley est partout. Sur des vêtements, de la papeterie, des galettes de pommes de terre, des paquets de biscuits... Des produits dérivés qui rapportent gros à la société SmileyWorld, qui appartient au Français Nicolas Loufrani.

Aujourd'hui, il est devenu tout à fait naturel d'utiliser le smiley dans ses correspondances sur Internet. À la manière des emojis (ces petits pictogrammes représentant des émotions, des objets ou des idées), la frimousse ronde et jaune constitue un véritable pan du langage utilisé sur le web. Mais derrière ce dessin extrêmement stylisé se cache un business florissant, qui profite à une famille française. En effet, en 1971, Franklin Loufrani a eu l'idée de génie de déposer le fameux logo et son nom à l'Institut national de la propriété industrielle (INPI). Désormais, c'est son fils Nicolas qui gère l'utilisation de cette bouille souriante dans le monde, via la compagnie SmileyWorld.

Difficile de savoir qui est le véritable inventeur du smiley. Certains attribuent cette paternité à Harvey Ball, qui aurait imaginé ce visage rond en 1963 pour une société d'assurance américaine. D'autres prétendent qu'elle revient à David Stern, un directeur d'une agence de publicité de Seattle qui aurait créé cette frimousse en 1967. Cependant, aucun des deux hommes n'a cherché à protéger cette invention. Le Français Franklin Loufrani, en revanche, a pris le soin de déposer le fameux logo à l'INPI avant de l'utiliser pour une campagne anti-morosité parue dans le quotidien France Soir en 1971. Depuis, la bouille jaune et le nom "Smiley" sont devenus des marques commerciales et communautaires qui appartiennent à la société SmileyWorld. Elles sont protégées dans plus de 70 pays, et dans 40 classes de produits différents.

Une frimousse incontournable sur Internet

Très vite, le smiley a été adopté sur des t-shirts, des paquets de bonbons, des gadgets ou des jeans Levi's. Au début des années 1990, il a aussi été repris en tant qu'emblème de la house music. Mais c'est surtout dans les années 2000, à l'heure de la démocratisation d'Internet, que le smiley a acquis la notoriété qu'on lui connaît. Nicolas Loufrani, qui a pris la tête de la société SmileyWorld à la suite de son père, a créé des centaines de déclinaisons de cette frimousse à partir de combinaisons de caractères. Celles-ci peuvent être utilisées gratuitement par les particuliers sur le web, et n'enrichissent donc pas directement la firme de la famille Loufrani. Mais Internet offre au smiley une visibilité extraordinaire, boostant les ventes de produits dérivés.

Le business des produits dérivés

Basée à Londres, SmileyWorld compte une quarantaine de salariés. La moitié d'entre eux est concentrée sur le domaine créatif (design, brand management, marketing. . . ), tandis que l'autre moitié travaille sur la partie commerciale, plus précisément sur la recherche de partenaires. Car il faut savoir que l'entreprise ne fabrique aucun produit dérivé elle-même. Elle s'associe avec des industriels qui lui reversent entre 5 et 12% de leur chiffre d'affaires pour la "location" du logo. C'est de cette manière que l'on retrouve le smiley sur des textiles vendus par Etam ou H&M, sur des galettes de pommes de terre commercialisées par Aldi ou Leclerc, ou encore chez de célèbres créateurs de mode tels Jean-Charles de Castelbajac et Tommy Hilfiger.

Une notoriété extraordinaire

Grâce à ses nombreux partenariats, la société SmileyWorld s'est imposée comme un poids lourd de l'industrie du licensing, au même titre que Disney ou Marvel. Vendus dans plus de 140 pays, ses produits dérivés lui permettent de dégager un chiffre d'affaires avoisinant les 185 millions d'euros annuels. Mieux encore, le logo atteint le chiffre record de 97% de notoriété dans le monde, tandis que la marque Smiley est connue par 90% des consommateurs de la planète. Difficile de trouver une invention plus populaire !

À la tête de ce business florissant, Nicolas Loufrani ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Dans ses cartons, son entreprise compte notamment un roman destiné à la jeunesse, un dessin-animé et une version spéciale du Rubik's Cube, l'un des jouets les plus connus au monde. Indémodable, le smiley a encore de beaux jours devant lui. De quoi permettre à la famille Loufrani d'envisager l'avenir avec le sourire.

Les Risques en Bourse

Fermer