Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Le match que vous n'avez pas regardé : Irak-Ouganda
information fournie par So Foot24/01/2022 à 16:00
Temps de lecture: 2 min

Le match que vous n'avez pas regardé : Irak-Ouganda

Le match que vous n'avez pas regardé : Irak-Ouganda

Ce vendredi 21 janvier, l'Irak recevait l'Ouganda dans son nouvel écrin de l'Al-Madina International Stadium, à Bagdad. L'occasion unique de voir s'affronter en amical la 75e nation du classement FIFA et la 82e. Le match du week-end ? Vu de France, sûrement pas, mais pour la vingtaine de milliers d'Irakiens présents au stade, c'était peut-être bien celui de la décennie.

Irak 1-0 Ouganda

But : Alaa Abbas (16 e ) pour les Lions de Mésopotamie

Voilà neuf ans que la capitale irakienne n'avait pas été autorisée à accueillir une rencontre de son équipe nationale par la FIFA, constamment inquiète du contexte sécuritaire de la ville. Pire, depuis 1980, on pourrait presque compter sur nos dix doigts le nombre de matchs de compétition officielle que les Lions de Mésopotamie ont pu jouer sur leurs terres. " On me voit, on me voit plus, on me voit, on me voit plus " , en somme. Et ça fait 40 ans que ça dure. Entre la guerre Iran-Irak de 1982 à 1988, la guerre du Golfe en 1990 et 1991, l'invasion américaine de 2003, les conflits civils de 2006 à 2009 puis de 2013 à 2017, en passant par Daesh et plus dernièrement, la tentative de révolution de la jeunesse irakienne matée dans le sang en 2019, on ne peut effectivement pas dire que le pays a offert le cadre le plus peace pour accueillir les sélections étrangères. On passerait presque sur la première suspension de 1980 à 1982 due à l'agression d'un arbitre par les supporters lors d'un match de qualification pour les Jeux olympiques. Anecdotique. C'est simple, depuis 1980, l'Irak n'a jamais connu plus de 8 ans sans subir une nouvelle interdiction de la FIFA. C'était entre 1995 et 2003 et les guerres des deux Georges Bush, daddy and son . Au total, le pays a connu six bans et presque trente années, cumulées sur les différentes périodes, sans pouvoir recevoir de rencontres. Hormis, donc, quelques matchs amicaux, dont ce fameux Irak-Ouganda.

Nos CRS, c'est de l'eau


Pour faire bonne figure et impressionner la FIFA, dans l'espoir qu'elle révise une énième fois sa position, on a mis les petits plats dans les grands : stade tout neuf et dispositif de sécurité XXL. Le nouvel écrin d'Al-Madina, construit pour la modique somme de 100 millions de dollars, vient en effet tout juste d'être… Lire la suite de l'article sur SoFoot.com