Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le clash de la rédac : alors, Euro 2020 ou Euro 2021 ?
So Foot11/06/2021 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

Le clash de la rédac : alors, Euro 2020 ou Euro 2021 ?

Le clash de la rédac : alors, Euro 2020 ou Euro 2021 ?

Parce qu'il faut bien trouver une raison de s'engueuler à la pause café, Arthur Jeanne et Adrien Candau ont décidé de s'empoigner sur l'appellation de l'Euro à venir, disputé en 2021, mais toujours officiellement nommé Euro 2020. Jugeote, mauvaise foi, méchanceté et arguments bien pesés, tous les coups sont permis dans le débat à venir. Surtout ceux en dessous de la ceinture.

Euro 2020, un point c'est tout

Par Arthur Jeanne


Le football est une fête. C'est entendu. Mais c'est aussi une formidable manière de faire passer des messages forts. Faire de l'Euro 2020 la commémoration des 60 ans de la première Coupe d'Europe a un sens. C'est un symbole puissant. Le rebaptiser Euro 2021 n'en a aucun. À part peut-être celui de s'offrir un exorcisme facile et de faire comme si 2020, annus horribilis, n'avait jamais existé. Utile, quand on pratique la politique de l'autruche et qu'on met autant de conviction que mon contradicteur à oublier un événement déplaisant. Et puis quoi, il fallait jeter le bébé avec l'eau du bain ? Vouloir faire à tout prix une croix sur 2020, c'est aussi omettre le travail des soignants, les applaudissements des Français aux balcons tous les soirs à 20 heures, les exploits de feu Captain Tom et toutes les preuves de solidarité, de résilience et de courage avec lesquelles l'humanité a fait face à une crise inédite. Dieu merci, l'UEFA a été plus clairvoyante qu'Adrien Candau.

Changer l'appellation de la compétition, c'était aussi saboter le travail remarquable des graphistes qui ont imaginé un logo bienveillant et inclusif en résonance avec l'année 2020. Je vois déjà mon adversaire arriver avec ses gros sabots et me qualifier de petit père la morale. Mais l'affaire ne s'arrête pas là, il s'agit également, ne lui en déplaise, de pragmatisme économique et d'écoresponsabilité. En effet, un simple changement de nom aurait forcé l'UEFA à jeter tous les produits dérivés créés pour l'événement. Quel gâchis injustifiable c'eut été d'incinérer des milliers de peluches à l'effigie du sympathique Skillzy (la mascotte de la compétition), uniquement parce qu'il était coupable de porter fièrement sur le torse cette année 2020 qu'Adrien Candau a décidé d'évacuer comme on tirerait la chasse d'eau.



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer