Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le carnet tactique de Manchester City-PSG
So Foot05/05/2021 à 06:20
Temps de lecture: 2 min

Le carnet tactique de Manchester City-PSG

Le carnet tactique de Manchester City-PSG

Piqué d'entrée par une ouverture pirlesque d'Ederson et un but de Mahrez, le PSG a réussi à ligoter le double pivot de Manchester City, puis s'est fait aplatir, comme à l'aller, par le resserrage de mailles d'un Pep Guardiola qui a rapidement abandonné le combat de la possession, mardi soir. Au bout, les Parisiens ont pris la porte (2-0).

Un jour de septembre 2006, quelques heures avant de disputer l'un des matchs les plus romanesques de sa vie face à Márcos Baghdatis, André Agassi s'était laissé aller à une théorie sur les papillons : "Il y a des jours où ils vous donnent envie de courir aux toilettes. D'autres où ils vous donnent l'impression d'être irrésistible. Il y a des jours où ils vous donnent le sourire et l'envie d'en découdre. Déterminer le genre de papillons auxquels on a affaire - monarques ou papillons de nuit - est la toute première chose à faire pendant qu'on se dirige vers l'arène. Se représenter ces papillons, interpréter ce qu'ils nous disent sur notre état mental et physique, est le premier pas pour les apprivoiser et faire en sorte qu'ils nous soient favorables." Interrogé dans le week-end par le site officiel du PSG, Neymar avait choisi son papillon à l'heure de retrouver Manchester City pour la deuxième fois en moins d'une semaine : le Brésilien se rêvait en sphinx tête de mort et affirmait avant le coup d'envoi qu'il serait "le premier guerrier" à partir "au combat pour l'équipe", quitte à "mourir sur le terrain". Privé de Kylian Mbappé et Idrissa Gueye, deux des lépidoptères les plus précieux de sa collection, Mauricio Pochettino, lui, avait fait une autre annonce : l'Argentin voulait regarder Guardiola les yeux dans les yeux sur le terrain de la possession. Et c'est ce qu'il a fait, mardi soir, dans un Etihad Stadium glacé, le coach parisien débarquant à Manchester habillé dans un 4-3-3 dessiné pour ligoter et torturer le double pivot d'un Pep Guardiola qui, parce qu'il avait anticipé le fait que son homologue ferait "quelque chose de nouveau" pour ce retour, avait décidé d'ajuster lui aussi deux choses en préférant Zinchenko à Cancelo côté gauche, puis Fernandinho à Rodri pour épauler Gundogan au cœur de son réacteur. Résultat, la rencontre s'est en partie jouée sur ce choix de Guardiola : celui de faire confiance à son vieux briscard de 36 ans, capitaine d'une nuit où on aura progressivement vu le Brésilien passer du papillon à la guêpe.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer