Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Le calvaire des U19 de Pieve di Lota
information fournie par So Foot25/05/2022 à 14:00
Temps de lecture: 2 min

Le calvaire des U19 de Pieve di Lota

Le calvaire des U19 de Pieve di Lota

Dans le haut du tableau au moment de voir la Fédération française de football geler toutes les compétitions à la suite de la crise du Covid, les jeunes joueurs de l'ASC Pieve di Lota se sont donné le droit de disputer le championnat des U19 nationaux pour la première fois de leur histoire. Loin d'être préparé à répondre aux exigences sportives et économiques de monde professionnel, le club corse a vécu une saison cauchemardesque. Mais à trop regarder les résultats, on en oublie souvent le principal : le plaisir de jouer.

26 matchs, 26 défaites, 7 buts marqués, 197 encaissés. Avec de tels chiffres, il y a de quoi faire de la saison de l'ASC Pieve di Lota, club situé à quelques kilomètres au nord de Bastia, la pire de l'histoire des U19 nationaux. Mais une fois les résultats mis de côté, il y a deux choses primordiales à savoir sur ce club corse. D'abord qu'on ne prononce pas le "a" à "Lota" . Et ensuite que ces lourdes défaites tout au long de la saison contre plusieurs centres de formation ne sont qu'anecdotiques. Et pour cause : dans la commune de San Martinu di Lota, peuplée d'à peine 3000 âmes, on croit au travail et au plaisir du ballon rond, loin d'un monde qui se veut de plus en plus professionnel.

"Dès le début, on savait qu'on allait au casse-pipe." Julien Calendini, entraîneur des U19 nationaux

Saisonniers, magiciens et 15% de possession de balle


12-0 face à Toulouse, 18-0 contre Cannes, 9-0 contre Montpellier... Toute la saison, les week-ends cauchemardesques se sont succédé au nord de l'Île de Beauté. "Au départ, on a été choqués par l'ampleur de ces résultats. Avec les joueurs et les entraîneurs, on s'est tous remis en question. Et une fois qu'on s'est aperçus du gouffre entre nous et les autres équipes, nous avons vite relativisé" , confie le président du club Serge Fity. "On savait qu'on allait au casse-pipe , reprend Julien Calendini, entraîneur des U19 nationaux et pensionnaire de Pieve di Lota depuis quinze ans. Dès les premiers entraînements, on voyait que les joueurs n'étaient pas prêts à assumer cette nouvelle exigence. Pour certains, ils avaient seulement connu le niveau 2 régional. Et comme on a perdu beaucoup de joueurs, on s'est retrouvés avec des 2005 dans notre noyau dur. Alors forcément, quand tu es autant surclassé, tu vas dans le mur à coup sûr." Lucide à l'autre bout du fil, le coach du bon dernier du classement assure aussi avoir vu certaines de ses recrues quitter le bateau Lire la suite de l'article sur SoFoot.com