Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Le boom du covoiturage en trois chiffres-clés
information fournie par Partenaire17/11/2014 à 14:30
Temps de lecture: 3 min

Pour la majorité des personnes interrogées lors des différentes études menées sur le sujet, la principale motivation des 'covoitureurs' reste financière.

Pour la majorité des personnes interrogées lors des différentes études menées sur le sujet, la principale motivation des 'covoitureurs' reste financière.

Depuis la crise mondiale de 2008, l'économie collaborative a connu un développement exponentiel. De nombreuses entreprises ont surfé sur ce nouveau mode de consommation qui met en avant le partage, à l'image d' Airbnb qui fait un tabac sur le marché de la location de vacances entre particuliers. Aujourd'hui, l'un des exemples les plus répandus d'économie collaborative est le covoiturage, qui consiste à partager une voiture avec de parfaits inconnus le temps d'un trajet. Il répond notamment au problème de l'augmentation constante du coût des transports, mais également aux préoccupations écologiques liées aux transports individuels.

Le marché du covoiturage a déjà séduit de nombreux publics, et les acteurs se multiplient sur ce nouveau créneau. En septembre, la SNCF a ainsi lancé sa plateforme de covoiturage baptisée IDVROOM, avant que PSA ne prenne, le 14 octobre dernier, 20% du capital de l'application de covoiturage Wedrive. Mais le leader incontesté en France reste Blablacar, qui détient le quasi-monopole dans l'Hexagone. Pour mieux cerner cette pratique, nous avons compilé pour vous trois chiffres-clés sur le covoiturage.

30

C'est le pourcentage d'automobilistes ayant déjà expérimenté le covoiturage, que ce soit dans le rôle du conducteur ou dans celui du passager. Ce résultat provient de l'étude "Consommation automobile : l'impact d'Internet, les usages émergents", menée en juin 2013 auprès de 1 096 automobilistes. Depuis, ces chiffres n'ont pu qu'augmenter. Parmi les utilisateurs, on compte une majorité d'hommes, surtout parmi les conducteurs, et de jeunes. Ainsi, 36% des hommes ont déjà expérimenté un trajet en voiture avec de parfaits inconnus, contre 26% des femmes. Pour ce qui est de l'âge, 42% des moins de 35 ans ont eu recours au covoiturage, contre 23% des plus de 55 ans.

En France, d'après une étude publiée le mois dernier par 60 millions de consommateurs et Mediaprism, menée auprès d'un échantillon de 1 115 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus, 42% des Français auraient déjà expérimenté le covoiturage. Et parmi eux, 19% déclarent le faire de manière régulière. Ces excellents chiffres démontrent l'importance de l'économie collaborative aujourd'hui. D'ailleurs, pour 51% des sondés, il s'agit du mode de consommation du 21e siècle.

84, 6

C'est le pourcentage d'utilisateurs qui considèrent avant tout le covoiturage comme un moyen de faire des économies financières. Ce chiffre est extrait d'une enquête menée en 2012 sur 635 internautes par Blablacar, qui souhaitait en savoir plus sur l'état d'esprit des "covoitureurs". La deuxième raison invoquée, avec 52, 1% des votes, est la sympathie de ce moyen de transport, qui permet de créer du lien social. Enfin, pour 40, 3% des utilisateurs, le covoiturage est d'abord un excellent moyen de contribuer à la préservation de l'environnement.

10 000 000

C'est le nombre de membres atteint, dans la nuit du 8 au 9 septembre dernier, par le site Internet français de covoiturage Blablacar, qui déclare détenir 95% du marché hexagonal. Ce chiffre illustre l'explosion de la pratique en France, et son patron Frédéric Mazzella est le premier étonné de ce succès foudroyant. Il pensait ainsi atteindre les dix millions de membres à l'horizon 2018 ! Au lieu de cela, Blablacar a mis seulement un mois et demi pour gagner un million de nouveaux utilisateurs, pour passer de neuf à dix millions de membres.

Un million, c'est également le nombre moyen de passagers transportés chaque mois grâce à la plateforme de Blablacar. En comparaison, cela équivaut à 2 000 rames de TGV duplex pleines ! En situation de quasi-monopole, la société d'origine française a levé 73 millions d'euros en juillet, pour l'aider dans ses projets d'internationalisation et se développer. Elle est actuellement implantée dans douze pays et compte 170 salariés. L'objectif avoué de Frédéric Mazzella ? Atteindre un jour les 50 millions d'inscrits en Europe.