Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

La VAR, la mauvaise attraction de la saison
information fournie par So Foot16/10/2021 à 10:00
Temps de lecture: 2 min

La VAR, la mauvaise attraction de la saison

La VAR, la mauvaise attraction de la saison

Il y a beaucoup de choses à dire sur la victoire du Paris Saint-Germain contre Angers (2-1) au Parc des Princes pour le compte de la dixième journée de Ligue 1. Que ce soit sur la bonne performance des Angevins, sur le manque de jeu des Parisiens, sur le retour de Juan Bernat sur les terrains. Sauf que toutes les discussions autour de cette rencontre concernent le même thème : la VAR, qui a encore une fois fait parler d'elle. Et pas en bien.

Gérald Baticle est un homme de parole. Alors il a tout fait pour tenir sa promesse : "J'ai toujours dit à ma famille que je ne pleurerais pas sur les décisions d'arbitre." Pourtant, c'est un entraîneur ému, les yeux humides et la lèvre tremblante qui a débarqué dans l'auditorium du Parc des Princes à l'issue de la défaite d'Angers face au Paris Saint-Germain (2-1). "Il y a de la frustration, même de la colère, de l'incompréhension, débute Gérald Baticle avant de donner son avis sur la VAR. Je suis favorable au VAR, qui corrige 80% des erreurs, mais, quand vous êtes dans les 20% pas corrigés, c'est très dur." Un coup de gueule qui est finalement la suite logique de celui du défenseur angevin Romain Thomas dès le coup de sifflet final de la rencontre au micro de Prime Video : "La VAR, ça commence à me fatiguer cette histoire. On met des millions là-dedans, on ne sait même pas l'utiliser. Ça m'agace. Perdre ici, ce n'est pas une honte mais comme ça non, c'est impossible. Je préfère en prendre cinq et qu'ils nous fassent tourner dans le jeu plutôt que perdre 2-1 comme ça." Même son de cloche chez son coéquipier Pierrick Capelle au même micro : "Ce n'est pas juste, on a besoin d'honnêteté et de justesse à ce niveau là. Ce n'est pas parce que c'est un gros contre un petit qu'il faut changer les façons de faire. Malheureusement, aujourd'hui on repart sans rien."

VAR de colère


Pour comprendre les raisons de la colère des Angevins, il faut revenir à la 84e minute de la rencontre. Alors que le score est de 1-1, le SCO échappe au pire en voyant Mauro Icardi manquer totalement son coup de casque et peut ainsi repartir de l'avant grâce à la fusée Billal Brahimi. Sauf que le répit angevin sera de courte durée puisque l'arbitre Bastien Dechepy - rookie qui dirigeait ce vendredi soir son cinquième match dans l'élite française - met sa petite main sur l'oreille sans que personne ne sache vraiment pourquoi. Que ce soit les supporters, Lire la suite de l'article sur SoFoot.com