Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

La Solidarité Scolaire : la Guadeloupe au tableau
information fournie par So Foot05/12/2021 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

La Solidarité Scolaire : la Guadeloupe au tableau

La Solidarité Scolaire : la Guadeloupe au tableau

La Guadeloupe est secouée par de fortes manifestations et tensions sociales depuis plusieurs semaines. Si on y ajoute la disparition cet été de Jacob Desvarieux, leader du groupe de zouk Kassav', autant dire que le moral n'est pas au beau fixe sur l'île antillaise. Pourtant, il existe un petit rayon de soleil qui apporte un peu d'ondes positives. Le club de la Solidarité scolaire de Baie-Mahault a bravé le froid et les huit heures de vol pour établir ses quartiers à Lisses, dans le 91, afin de préparer son 8e tour de Coupe de France disputé ce dimanche contre Sarre-Union (15h). Une première depuis 1999.

De trente degrés à trois, la différence est grande, mais les Guadeloupéens de la Solidarité scolaire n'en ont que faire. Après leur victoire contre l'AS Gosier au 7 e tour, champion de Guadeloupe en titre, ils sont les derniers représentants de l'île dans cette 105 e édition de la Coupe de France. Ce dimanche face à Sarre-Union (N3) au huitième tour, la tâche s'annonce ardue pour le club antillais. Surtout que le contexte ne l'aide certainement pas. Depuis deux semaines, l'île est en proie à des émeutes et des manifestations violentes à la suite de l'obligation vaccinale, qui s'est transformé en ras-le-bol social général. Alors que l'accès à l'eau potable n'est toujours pas assurée, les révoltes ont repris de plus belle à la suite de la visite infructueuse du ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu. "On a une forte pensée pour le pays , indique Fabrice Otto, l'entraîneur de la Solidarité scolaire, installé dans le lobby de l'hôtel Léonard de Vinci de Lisses (91). Nous sommes certes venus jouer un match de foot en région parisienne, mais on n'est pas insensibles à tout ce qu'il se passe là-bas."

L'heure de la récré


Le déplacement à Paris n'était pas prévu. À la base, ce huitième tour de Coupe de France devait se tenir en Guadeloupe au stade des Abymes de Pointe-à-Pitre, mais s'est vu délocalisé en urgence par le club devant la dégradation de la situation sociale. Un match devenu impossible à assumer sur l'île, entre les nombreux débordements des manifestations et le couvre-feu mis en place le 19 novembre dernier. Un coup derrière la tête des joueurs, psychologiquement pas préparé pour ça. "Nous sommes dans un milieu amateur, donc beaucoup de joueurs ont dû demander une autorisation d'absence au travail, ou laisser leurs obligations familiales , précise le coach