Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

La Juventus, le Barça, Manchester City et le Bayern au tapis : gloire aux petits
information fournie par So Foot28/10/2021 à 16:00
Temps de lecture: 1 min

La Juventus, le Barça, Manchester City et le Bayern au tapis : gloire aux petits

La Juventus, le Barça, Manchester City et le Bayern au tapis : gloire aux petits

Ce mercredi, le Bayern, le Barça, la Juventus et Manchester City sont tombés contre plus petits qu'eux dans des circonstances différentes. Un cauchemar pour les amateurs de pronostics, mais surtout une très belle soirée pour rappeler que la glorieuse incertitude du sport (et donc du foot) n'est pas morte.

C'était un mercredi soir pour se rappeler que rien n'est écrit à l'avance dans le football. Pendant que Nice et l'OM se neutralisaient dans une atmosphère déprimante au stade de l'Aube, les voisins européens ont chacun eu le droit à leur remake du combat de David contre Goliath. L'enchaînement d'événements inattendus est savoureux : la Juventus battue à la maison par Sassuolo après un but de Maxime Lopez au bout du temps additionnel ; le Barça plombé par le Rayo Vallecano de Falcao, 35 ans, dont le pion vainqueur a sans doute planté le dernier clou sur le cercueil de Ronald Koeman, mis à la porte dans la foulée ; l'équipe type du Bayern humiliée sur la pelouse du Borussia Mönchengladbach avec un score de 5-0 historique et inédit depuis 1978 ; le quadruple tenant du titre Manchester City bouté hors de la Carabao Cup par West Ham après un triste 0-0 et une séance de tirs au but remportée par les Hammers. Un enfer pour les pronostiqueurs, un paradis pour les défenseurs de la glorieuse incertitude du sport.


Les ennemis de la Superligue sont vos amis


Cette drôle de soirée n'a pas vocation à rester dans les mémoires pendant de longues années, ni à perturber les mastodontes européens dans leurs quêtes respectives de gloires et de trophées. Pour ces cadors, il s'agit au mieux d'un accident de parcours (le Bayern, Manchester City), au pire d'une parenthèse douloureuse (le Barça, la Juve). Leur monde n'est pas prêt de s'effondrer. Pourtant, ce mercredi 27 octobre 2021 est réconfortant. Six mois après la sécession de douze des clubs les plus puissants du continent pour créer une Superligue qui n'a pour l'instant pas vu le jour, il est toujours réjouissant d'assister à Lire la suite de l'article sur SoFoot.com