Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

L'Italie embroche la Turquie
information fournie par So Foot11/06/2021 à 23:01
Temps de lecture: 1 min

L'Italie embroche la Turquie

L'Italie embroche la Turquie

Volontaire mais maladroite dans le premier acte, l'Italie a aiguisé ses lames en seconde période, pour taillader trois fois une défense turque finalement impuissante (3-0). De quoi lancer idéalement l'Euro 2020 de la Nazionale.

Turquie 0-3 Italie

But : Demiral (53e, csc) , Immobile (66e), Insigne (79e) pour l'Italie

Ce vendredi soir, l'Italie aura donc dansé une valse en deux temps. D'abord, une sarabande enlevée mais crispante, où l'on s'emmêle les pinceaux quand se pointe le refrain tant attendu. Puis une java heureuse, en communion avec le rythme emballant d'une seconde période qu'elle aura largement dominé. A la fin du bal, Roberto Mancini peut souffler : ses poulains ont corrigé une équipe de Turquie sans idée ni allant, pour leur entrée dans la compétition.

Promesses et proies


Ce vendredi soir, Rome frissonne. Du plaisir de communier à 18.000 têtes pour une idée, une équipe, un objectif, que l'Italie aborde vêtue d'un blanc immaculé. Ca tombe bien, la Nazionale a la dalle de vaincre et croque d'entrée dans une Turquie minimaliste, amollie par l'enjeu et le pressing azzurro. L'Italie s'avance alors haut et fort, portée par l'agressivité de son trio offensif et de la doublette Locatelli-Barella dans l'entrejeu. La Squadra Azzurra a dès lors sa proie en ligne de mire, mais ses promesses de spectacle sont souvent tuées dans l'œuf par sa maladresse dans les derniers mètres. Insigne en fait une illustration édifiante, en envoyant son tir enveloppé dans les tribunes, après un une-deux malin avec Berardi. Finalement, c'est encore Giorgio Chiellini, 36 piges au compteur, qui enfile le costard de patron des siens : impeccable dans les duels, audacieux dans la relance, le Juventino oblige également Cakir à s'employer sur corner, en claquant une tête qui filait pleine lucarne. Rome est aussi à deux doigts de s'embraser avant la pause, quand un centre de Spinazzola est contré par une Lire la suite de l'article sur SoFoot.com