Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Kim Smith : "Être fan de football en Angleterre, ce n'est plus possible financièrement"
So Foot29/11/2020 à 06:00
Temps de lecture: 1 min

Kim Smith : "Être fan de football en Angleterre, ce n'est plus possible financièrement"

Kim Smith : "Être fan de football en Angleterre, ce n'est plus possible financièrement"

Alors que la France fait face au problème Mediapro, les Anglais se battent contre l'arrivée des pay-per-views (PPV). Ces derniers imposent de payer pour la diffusion d'une seule et unique rencontre de Premier League, en plus des abonnements adéquats. Un scandale pour tous les supporters du Royaume. Rencontre avec Kim Smith, une supportrice de Wolverhampton, qui a décidé de ne plus se laisser faire.

Quel âge as-tu, et que fais-tu dans la vie ?
J'ai trente ans et je travaille dans le marketing, dans une entreprise de technologie informatique à Birmingham.

"Avec les restrictions appliquées, on ne peut même pas voir les matchs avec nos proches."
Comment es-tu devenue supportrice de Wolverhampton ?
Ça commence à faire un bail, j'ai un abonnement au club depuis que j'ai douze ans ! Les Wolves, ça vient de mes parents. Mon père est un immense fan du club. On va dire que chez nous, Wolverhampton, c'est comme une addiction !

Le gardien de West Bromwich critique le penalty de Bruno Fernandes

Comment le fait d'être fan des Wolves se vit au quotidien ?
En fait, c'est comme si on appartenait à une véritable communauté à part. Le club a une orientation très familiale. Toute la ville supporte les Wolves, même quand ils étaient mauvais. Forcément, certains ont rejoint le mouvement depuis qu'on a quitté la troisième division. Aujourd'hui, on essaye de se caler dans le top 10. Mais il y aura toujours 15 000 à 20 000 personnes pour les supporter, qu'on soit bons ou mauvais. Personnellement, je vais à tous les matchs à domicile. Ce n'est pas uniquement le football en lui-même, mais aussi l'atmosphère d'un jour de match avec les amis. Je fais parfois les déplacements, mais en ce moment, il n'y a que la télé. Et ça commence à devenir un enfer, cette histoire...

"Regarder le foot commence à devenir un vrai luxe."
Comment tu vis le football, depuis la Covid ?
Il y a énormément de changements. Alors oui, je peux comprendre ceux qui ne vont pas au stade Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer