Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

JR : retour sur le parcours d'un photographe humaniste
Partenaire24/06/2016 à 16:30
Temps de lecture: 3 min

Artiste secret, JR ne quitte jamais ses lunettes noires et son chapeau lorsqu'il apparaît en public, même sur le tapis rouge du Festival de Cannes.

Artiste secret, JR ne quitte jamais ses lunettes noires et son chapeau lorsqu'il apparaît en public, même sur le tapis rouge du Festival de Cannes.

Du 25 mai au 27 juin dernier, la pyramide du Louvre a "disparu". L'oeuvre de l'artiste américain Ieoh Ming Pei ne s'est pas évaporée, il s'agissait d'une installation imaginée par le photographe français JR. Pour réaliser ce tour de magie, l'artiste de 33 ans a collé sur l'une des faces de la pyramide une photo en noir et blanc reproduisant l'aile du musée située derrière elle. Le spectateur, placé à un endroit précis, voyait la pyramide s'effacer sous ses yeux grâce à la technique de l'anamorphose. Le collage photographique a permis à JR de figurer parmi les plus grands artistes de rue de la planète. Et comme beaucoup de poids lourds du street art, à l'image de Banksy ou Blu, il a toujours un message à faire passer à travers ses oeuvres, tantôt humaniste, tantôt militant. Retour sur le parcours d'un "artistiviste urbain", comme il se définit lui-même.

La rencontre de deux mondes

La carrière de JR a commencé en 2001, quand il a trouvé un appareil photo dans le métro parisien. Mais son premier fait d'armes trouve son origine en 2004, lorsqu'il amorce le projet "Portrait d'une génération". Le concept ? Exposer des portraits de jeunes de banlieue en très grand format dans les quartiers chics de Paris. Illégale au départ, cette initiative a fini par être reconnue par la mairie de la capitale, qui a même permis à JR d'afficher ses photos sur ses bâtiments. Dès ce premier projet, JR trouve sa voie : il veut amener l'art dans la rue, pour faire réfléchir les passants. À l'époque, il déclare : "Je possède la plus grande galerie d'art au monde : les murs du monde entier. J'attire ainsi l'attention de ceux qui ne fréquentent pas les musées habituellement. "

Son deuxième projet de grande ampleur, créé avec Marco (Marc Berrebi de son vrai nom), se nomme "Face 2 Face". Affichée dans huit villes palestiniennes et israéliennes, le long du mur séparant les deux territoires, il s'agit de la plus grande exposition photo illégale jamais réalisée. Le concept ici est de capturer des portraits de personnages exerçant le même métier, un palestinien et l'autre israélien, et de les exposer côte à côte. Malgré leurs différences, personne n'était capable d'identifier l'ami de l'ennemi, soulignant l'absurdité de la situation. Certes, il n'a pas réglé le conflit israélo-palestinien avec ses collages. . . mais il a au moins apporté un peu de sérénité à ceux qu'il a croisé. Il s'agissait avant tout de mettre en lumière l'humanité de chacun.



Un film avec De Niro, un ballet avec Lil Buck

De 2008 à 2010, ce sont les femmes qu'il met à l'honneur via le projet "Women are Heroes", en partant à leur rencontre dans des zones de conflit. Commencé dans une favela de Rio de Janeiro, "Women are Heroes" s'est ensuite exporté en Sierra Leone, au Liberia, au Kenya, en Inde, au Cambodge. . . Le film tiré de ces pérégrinations, sélectionné pour la Caméra d'Or à Cannes, a reçu de nombreux prix. Suite à tout cela, il est couronné du TED Prize en 2011. En parallèle, il a mené un autre projet, "The Wrinkles of the City". Le but ? Dans des villes ayant subi des transformations rapides (Carthagène, Berlin, La Havane, Los Angeles. . . ), il voulait montrer le temps qui passe à travers les rides de leurs habitants. On se rend compte que parfois, le temps a moins de prise sur les hommes que sur les villes. . .



Depuis 2011, JR a parcouru le monde avec "Inside Out", qui a permis à des centaines de milliers de personnes de se faire tirer le portrait. Pour lui, c'était un moyen de "rendre hommage à ceux qui ont eu le courage et la volonté de changer le monde et d'affirmer encore que la grande histoire est faite des petites. " N'importe qui peut participer en se faisant photographier pour faire passer un message, pour partager des histoires, pour faire connaître des actions. . .

En 2014, il a créé un ballet en collaboration avec le New York City Ballet, sur une musique de Woodkid et avec le danseur Lil Buck. L'an dernier, il a tourné un court-métrage écrit par Philip Roth et mettant en scène Robert De Niro. Baptisé "ELLIS", ce film rend hommage aux immigrants passés par Ellis Island à New York. Bref, vous l'aurez compris, JR s'est fait quelques amis depuis ses débuts il y a douze ans. Aujourd'hui, il a dépassé le statut de "street artist" pour s'inviter dans les plus beaux musées du monde, comme beaucoup de ses homologues. On se demande désormais quelle sera la nouvelle utopie de JR, son prochain coup d'éclat. . .

Les Risques en Bourse

Fermer