Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Jonathan Gradit, la "perceuse" du RC Lens
information fournie par So Foot17/09/2021 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

Jonathan Gradit, la "perceuse" du RC Lens

Jonathan Gradit, la "perceuse" du RC Lens

Indiscutable du Racing de Franck Haise, Jonathan Gradit est devenu à 28 ans l'une des références de son poste. Formé aux Girondins de Bordeaux, passé par le football amateur, comparé à Philipp Lahm par l'un de ses anciens entraîneurs, voilà qui est vraiment le numéro 24 lensois.

Ainsi va la vie d'un vestiaire de foot : aucun joueur n'y marche seul, et chacun circule entre les chaussettes sales avec un label évolutif enroulé aux chevilles. L'un est un "cadre", l'autre est un "jeune espoir". Lui est "à la relance", alors que son voisin est plutôt "relanceur". Là-bas, juste à côté du "vieil expérimenté", il y a le "relayeur". Dans ce drôle de monde, Jonathan Gradit, 28 ans, est celui que ses potes appelle simplement "la perceuse". En d'autres termes : le défenseur du RC Lens est un joueur qui éventre les lignes adverses, ce qui est essentiel dans le 3-4-1-2 dessiné par son entraîneur, Franck Haise. Ce qu'il en dit : "J'ai toujours aimé me projeter balle au pied, encore plus depuis que je suis ici, car notre défense à trois libère des espaces. Mon rôle est d'amener le surnombre. J'adore ça." Conséquence directe, le joueur de 28 ans a bouclé le dernier exercice en étant le joueur de Ligue 1 qui a le plus fait avancer son équipe sur le terrain balle au pied. En Europe, seule une petite douzaine de joueurs ont fait mieux que lui dans ce domaine. Une surprise ? L'histoire raconte plutôt que Gradit a toujours eu cet amour du voyage avec ballon et ceux qui l'ont croisé appuient tous sur cette facette.

"Un jour, on était dans un bureau ensemble, à Tours, et il m'a dit qu'il était sûr que je coacherais un jour en Ligue 1. J'étais moins sûr de ça que du fait qu'il jouerait lui un jour en Ligue 1."Fabien Mercadal

Lui ne raconte pas le contraire, mais insiste quand même sur le fait que Haise l'a aidé à développer un goût encore plus prononcé pour le jeu. "Chaque semaine, on bosse énormément sur les détails via la vidéo, décrypte le numéro 24 du Racing. On est au millimètre sur le placement, les zones à attaquer pour les sorties de balle... Récemment, tout le monde a loué notre gros match défensif à Monaco, mais derrière, le staff m'a sorti des séquences sur lesquelles j'aurais pu être encore plus efficace. C'est comme ça que tu progresses, que tu ne restes pas sur tes acquis, que tu t'affines." Et c'est aussi Lire la suite de l'article sur SoFoot.com