Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

John Sulo: "Klopp a été choqué que je lui fasse un bisou"
information fournie par So Foot19/10/2021 à 15:30
Temps de lecture: 2 min

John Sulo : "Klopp a été choqué que je lui fasse un bisou "

John Sulo : "Klopp a été choqué que je lui fasse un bisou "

Passion, culot, débrouillardise et syndrome de l'imposteur. Les mots qui caractérisent la relation de John Sulo avec le stand-up sont les mêmes qui définissent ce qui l'unit à Liverpool, club dont il est tombé amoureux un beau jour de juillet 2002. Du haut de ses 2 mètres, le Peter Crouch havrais, qui joue son hilarant et touchant spectacle Champion au Point Virgule tous les dimanches, vide son cœur et évoque quelques-uns de ses coups de folie.

Tu joues chaque dimanche au Point Virgule. Comment vis-tu les moments où les matchs de Liverpool ont lieu au moment où tu es sur scène ?
Pendant le dernier Liverpool-Manchester City, j'étais sur scène. Le match avait lieu à 18h30, et moi, je jouais à 19h. J'ai fait la plus mauvaise date de mon spectacle. J'avais la tête ailleurs, j'ai fait n'importe quoi. J'ai fait mon spectacle à l'envers, j'ai commencé par raconter ma passion pour Liverpool qui est censée être à la fin, ça n'avait ni queue ni tête, c'est parti en sucette, il y avait des moments cool. C'est aussi ça la passion, ça t'amène à faire des choses un peu décousues. Ça fait partie du stand-up !

Comment est né ton amour pour Liverpool ?
Quand j'avais 14-15 ans, il y a eu un match amical de présaison entre Liverpool et le HAC (1-0, but de Milan Baroš, NDLR), l'équipe de ma ville natale. Le centre d'animation municipal nous emmène voir ce match. Je ne connaissais pas Liverpool. Il y avait une relation entre Le Havre et Liverpool, car à l'époque, ils nous avaient braqué Sinama-Pongolle et Le Tallec (pour s'attacher les services des deux cracks, Liverpool verse une indemnité de transfert au club normand, prête le jeune Alou Diarra pour un an sans option d'achat et accorde gracieusement au HAC ce fameux match amical estival, les deux clubs scellant aussi un " partenariat ", NDLR). Je n'ai pas réussi à me concentrer sur le terrain (où se trouvaient pourtant Gerrard, Litmanen et Arphexad), j'étais focalisé par ce qui se passait en tribune. C'est la première fois que je voyais un kop occuper une tribune complète de Deschaseaux. Je vois du rouge, du blanc, du jaune, et ça chante. "You'll never walk alone", je ne savais pas ce que c'était. Des drapeaux énormes... Je suis subjugué par leurs cris, leur manière d'encourager leurs joueurs,