Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Jeux Olympiques Paris 2024: le projet se dessine
Le Particulier pour BoursoraMag25/11/2020 à 17:07
Temps de lecture: 3 min

A Paris, les idées d'infrastructures pour les JO de 2024 se développent, mais qu'en est-il avec la Covid-19? crédit photo : CREDIT_NON_AFFICHE

A Paris, les idées d'infrastructures pour les JO de 2024 se développent, mais qu'en est-il avec la Covid-19? crédit photo : CREDIT_NON_AFFICHE

La crise de la Covid-19, contraint le Comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques 2024 à revoir ses plans. Si la compétition doit toujours se tenir du 26 juillet au dimanche 11 août 2024, certains sites ne verront finalement pas le jour et des économies sont à réaliser pour ne pas faire exploser le budget de la compétition.

JO 2024, une nouvelle organisation

«La crise sanitaire a produit un mois complet d'arrêt des chantiers des travaux au début du printemps. Je peux vous affirmer que le respect des échéances et des ouvrages aujourd'hui n'est pas menacé», a expliqué Roxana Maracineanu, le 21 octobre 2020 aux députés de l'Assemblée nationale. Conséquence direct de la Covid-19, l'organisme en charge du pilotage des Jeux, doit, tout comme Tokyo 2021 avant lui, revoir à la baisse son budget.

Le Comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques doit ainsi économiser près de 400 millions d'euros. A ce jour, 150 millions d'euros ont pu être épargnés en supprimant deux sites éphémères en Seine-Saint-Denis. Le Stade nautique, en face du futur centre aquatique, disparaît. Les épreuves de natation se dérouleront à la Défense Arena de Nanterre. Le site provisoire pour les tournois de volley au Bourget va quant à lui être remplacé par un grand mur d'escalade.

Paris 2024, des retards en cascades

D'autres infrastructures risquent de mettre plus de temps à arriver. Le village des médias installé à Dugny et qui prévoit la livraison d'un écoquartier de 1300 logements censés rester sur le territoire sera finalement construit en deux temps. Une première phase permettra la livraison de 700 logements pour les JO 2024 pour répondre aux besoins des journalistes et techniciens ainsi qu'une passerelle au-dessus de l'autoroute A1 à destination des piétons et des cyclistes. Les autres 600 logements sortiront de terre en 2025.

L'urbanisation de 6,5 hectares d'espaces verts sur l'Aire des Vents, pour accueillir les logements, mais aussi une école, un gymnase et une crèche, sera compensée par la création de 13 hectares de parc sur l'ancien site industriel du terrain des Essences.

Même retard à craindre pour le CDG Express. Ce super métro devait relier Roissy Charles-de-Gaules à la Gare de l'Est en seulement 20 minutes, pour un coût du billet de 24 euros. Le tribunal administratif vient d'annuler l'arrêté interpréfectoral autorisant les travaux. Sa mise en service pourrait donc définitivement ne pas voir le jour en 2024.

Dispute autour des jeux

En outre, la fronde populaire contre les Jeux Olympiques à Paris n'est toujours pas calmée. Renforcée par la crise de la Covid-19, les tribunes se multiplient dans les journaux pour demander l'abandon de la compétition. En octobre 2020, un texte rédigé par des universitaires et urbanistes juge les JO comme étant «l'héritage du monde d'avant» avec son modèle «intenable non seulement sur le plan financier mais aussi écologique».

Dans Le Monde, le même mois, une trentaine d'intellectuels et de politiques signent une tribune anti-jeux soulignant qu'il est «irresponsable de dilapider l'argent public dans une opération de prestige pharaonique», selon eux. La compétition trouve tout de même des défenseurs. Toujours dans le Monde, une autre tribune, cette fois rédigée par 138 sportifs de haut niveau, de présidents de fédération et d'entrepreneur, prennent la défense de la compétition.

Jeux Olympique: combien ça coûte?

A chaque édition, le débat sur le coût pharaonique réel ou supposé revient dans les pays organisateurs. Pour Paris 2024, la ville et l'Etat se sont engagés à limiter les dépenses. Le budget prévisionnel est à ce jour estimé à 6,8 milliards d'euros dont 5,3 milliards d'argent privé et 1,5 milliard d'euros d'argent public étalé sur sept ans. Mais en période de crise, la pilule passe mal et si dans chaque pays, au départ, toutes les villes promettent de limiter leur dépense, in fine, les budgets explosent. Ce fut, ces dernières années, le cas de Rio dont le budget initial prévu à 10 milliards d'euros est finalement passé à 12 milliards en 2016. De Londres en 2012 avec un budget de 11,7 milliards plus proche, selon les parlementaires britanniques après enquête, des 14 milliards. De Pékin avec ses plus de 38 milliards d'euros de budget en 2008 et enfin d'Athènes, dont le budget initial prévu à 4,6 milliards d'euros est passé à 7 milliards à la veille de la compétition.

Les Risques en Bourse

Fermer