Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

HYT : la révolution de la mécanique des fluides
information fournie par Partenaire17/01/2015 à 11:30
Temps de lecture: 3 min

Le modèle Skull (à gauche) est la dernière montre mise au point par HYT, qui a profité du succès de la H1 (à droite), puis de la H2 pour étoffer son offre.

Le modèle Skull (à gauche) est la dernière montre mise au point par HYT, qui a profité du succès de la H1 (à droite), puis de la H2 pour étoffer son offre.

Tous les ans, les marques d'horlogerie redoublent d'ingéniosité pour proposer des montres bourrées d'innovations. Le dynamisme de jeunes Maisons anticonformistes comme RJ-Romain Jérôme, Hublot, MB&F, ou De Bethune, permettent à ce secteur de ne pas s'embourgeoiser. Mais qui aurait cru qu'on puisse encore révolutionner l'horlogerie au 21e siècle ? Personne, ou presque. Et pourtant, c'est ce que la marque HYT a réussi à faire en un peu plus de deux ans, en arrivant à concilier horlogerie de pointe et mécanique des fluides. Exit les aiguilles, place au liquide fluorescent !

Le résultat d'années de réflexion

C'est lors de l'exposition nationale suisse de 2002 que Lucien Vouillamoz émet l'idée de fabriquer une montre à eau, au cours d'une discussion entre amis. Mais comment remplacer l'énergie de la gravité, qui permet de faire fonctionner les clepsydres (horloges à eau) depuis l'Antiquité ? Devant la difficulté de la question, le projet est vite mis de côté. Quelques années plus tard, cette idée trotte toujours dans la tête de Lucien Vouillamoz qui trouve enfin la solution : il suffit de mettre au point un indicateur fluidique du temps, petit et mobile, qui peut ensuite être assemblé dans un garde-temps au lieu de s'atteler à la conception d'une simple montre-bracelet fonctionnant à l'eau.

De fil en aiguille, Lucien Vouillamoz va préciser son projet et étoffer le concept. Il pense à l'utilisation de deux réservoirs flexibles, fixés à chaque extrémité d'un capillaire, afin de créer un système fermé. Chaque réservoir contiendrait un liquide de couleur différente, qui ne pourrait pas se mélanger à l'autre. Cette prouesse serait rendue possible par la polarité positive et négative des molécules contenues dans chacun des liquides, qui se repousseraient comme des aimants. La compression de l'un des deux réservoirs permettrait alors de pousser le fluide dans le capillaire jusqu'à indiquer l'heure, tandis que l'autre liquide se détendrait dans le second réservoir. Plus de problème d'énergie, ni d'encombrement. Cette réflexion a permis de donner naissance à la première montre HYT, la H1, commercialisée à partir de 2012.

La première montre-bracelet hybride mécanique-fluidique

Après la création de HYT, et de sa société soeur Preciflex chargée de fabriquer les indicateurs fluidiques, le premier prototype est réalisé au bout d'une année de recherche et de développement. C'est ensuite la rencontre avec Vincent Perriard qui va permettre à la jeune société de passer à l'étape suivante. Ce dernier s'était déjà distingué dans le domaine de l'utilisation des fluides, avec une montre qui a remporté le Prix de la montre design 2008 du Grand Prix d'Horlogerie de Genève. Très vite, le capillaire rectangulaire usiné dans du plexiglas équipant le prototype est remplacé par un capillaire en verre borosilicate d'un millimètre de diamètre intérieur et de 11 cm de longueur. Des soufflets viennent ensuite compléter le tableau, à la place des membranes déroulantes originelles, pour servir de pistons afin de déplacer le fluide dans le tube microscopique. Le projet prend vie.

La petite équipe est ensuite rejointe par Bruno Moutarlier, l'ancien directeur industriel d' Audemars Piguet. Pour élaborer le mouvement de la future H1, il fait appel à Jean-François Mojon et son équipe de Chronode. Il conseille aussi Lucien Vouillamoz pour la partie fluidique. Le design, lui, est confié au bureau Étude de Style, dirigé par Sébastien Perret, et qui planche déjà sur les futurs modèles de la marque. Toutes ces forces vives permettent aujourd'hui à HYT de révolutionner le petit monde de l'horlogerie. Après la commercialisation de la H1, puis de la H2, la marque vient de dévoiler la Skull, qui repousse encore plus loin les limites de la montre hybride mécanique-fluidique. On a hâte de voir les prochains modèles !