Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Hollis l'infâme : "Eyraud veut transformer le foot en baseball"
information fournie par So Foot19/02/2021 à 14:00
Temps de lecture: 2 min

Hollis l'infâme : "Eyraud veut transformer le foot en baseball"

Hollis l'infâme : "Eyraud veut transformer le foot en baseball"

Alors que l'Olympique de Marseille est à la traîne en Ligue 1, en dehors des terrains, le club est au bord de l'implosion. Entre déboires sportifs, communication douteuse du président, débordements à la Commanderie, l'OM a trouvé une nouvelle lubie : le rap. Avec la création du label "OM Record", le club, en quête de talents dans la cité phocéenne, décide de remplacer le ballon par le micro. Rencontre avec l'un de ces talents qui ne veut plus être associé au club.

Depuis quand tu es supporter de l'OM ?
J'ai trente-cinq ans et j'étais déjà supporter de l'OM dans le ventre de ma mère. L'OM, avant tout, c'est Marseille. C'est notre tissu social, c'est notre ferveur, c'est plus que tout. Je suis attaché, depuis longtemps, aux groupes de supporters, et notamment aux MTP.

Pourquoi "Hollis l'infâme" ?
J'ai commencé à rapper vers mes treize-quatorze ans, on faisait ça entre nous. J'étais minot et je me cherchais un surnom. Un jour, je parlais avec d'autres rappeurs et j'ai trouvé : "Hollis" comme l'un des quartiers de l'arrondissement du Queens, à New York. Puis "l'infâme", car j'étais fan de Mobb Deep, de tous leurs délires, comme leur second album The Infamous . J'ai gardé ça, car, même si au fond, on n'est pas des bandits, les gens nous voient comme des infâmes.

"Quand ils ont vu que ça prenait, ils ont décidé de créer "OM Records". En vérité, tout ça, c'est de la poudre aux yeux. C'est de la communication. Ils ont créé ça, soi-disant pour les talents de la ville."

Comment tu te fais repérer par "OM Record" ?
À un moment donné, je suis revenu dans la musique, et l'OM me contacte pour leur "OM Session". Le club a créé un concept où il invite des artistes à faire des morceaux par rapport au club. À la base, je n'y vois pas d'inconvénient, je ne vois pas de carotte. Dans tout ça, ils me demandent où je veux faire le clip. Je n'en ai rien à carrer, si on doit faire un clip, on le fait chez nous, dans le local des MTP et on fait venir tous les autres groupes. Durant le tournage, on fait tout pour qu'il y ait une belle ambiance, une belle énergie, une bonne mentalité. Des fumis, le bordel, tout ça... Finalement, le morceau prend bien et il sert de référence. Il fallait montrer le supportérisme, le vrai. On a des amis qui sont morts pour l'OM ou