Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Et si Turquie-Italie avait eu lieu pendant l'Euro 2020 en 2020 ?
So Foot11/06/2021 à 06:11
Temps de lecture: 1 min

Et si Turquie-Italie avait eu lieu pendant l'Euro 2020 en 2020 ?

Et si Turquie-Italie avait eu lieu pendant l'Euro 2020 en 2020 ?

Que se serait-il passé si le match d'ouverture de l'Euro 2020 entre la Turquie et l'Italie s'était vraiment disputé en 2020 ? Ciro Immobile aurait tout cassé, la Turquie aurait replongé dans de vieux cauchemars, et Marco Verratti n'aurait pas tenu la distance.

Turquie 1-2 Italie

Buts : Tosun (32e) pour la Turquie // Immobile (69e, 72e) pour l'Italie

Il n'y a pas un chat sur le parvis du stadio Olimpico de Rome en ce 11 juin 2020. Autour du monstre d'acier qui trône dans le nord-ouest de la Ville Éternelle depuis plus de soixante-ans, la traditionnelle foule en folie a laissé place au vide et au silence. Ce n'est que sur les coups de 19h que le néant festif est bousculé par le cri de la sono appartenant à l'écrin de la Roma et de la Lazio. Dans les oreilles des rares journalistes autorisés à couvrir l'événement et des millions de téléspectateurs agglutinés devant leur écran, l'hymne de Martin Garrix "We are the people" résonne tandis que la controversée mascotte "DocGynécou" - censée rendre hommage aux soignants - se pavane en blouse blanche au niveau du rond central sur le rythme du tube de l'été. "Je ne m'y ferai jamais à cette mascotte, Bixente", ose même l'intrépide Grégoire Margotton aux commentaires pour TF1. Heureusement, le moment des hymnes arrive enfin, chanté avec force tant côté turc qu'italien : après trois mois d'arrêt, le foot reprend ses droits. Que ça fait du bien.

Tosun pour tous, tous pour Tosun

Le hasard du calendrier a donc voulu, vingt ans tout pile après s'être croisées à l'Euro 2000, que la Turquie et l'Italie remettent le couvert pour une manche retour. Les Azzurri, sur un petit nuage depuis le retour de Roberto Mancini à leur tête deux ans plus tôt, contrôlent le début de rencontre avec leur trio Jorginho-Verratti-Barella qui règne sur le milieu de terrain. Reste que le rythme est indigne d'un championnat d'Europe, et le manque de préparation se fait sentir : au bout de vingt Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer