Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Et le Ballon d'or de l'hypocrisie est pour... le Qatar sur la question LGBTQ+
information fournie par So Foot02/12/2021 à 06:00
Temps de lecture: 1 min

Et le Ballon d'or de l'hypocrisie est pour... le Qatar sur la question LGBTQ+

Et le Ballon d'or de l'hypocrisie est pour... le Qatar sur la question LGBTQ+

Parmi toutes les problématiques qui prennent de l'ampleur à l'approche de la Coupe du monde 2022, celle des droits des LGBTQ+ commence à se faire doucement entendre, même si pour l'instant, elle semble secondaire derrière les morts des chantiers ou le scandale écologique. Toutefois dans une région du monde où l'homosexualité reste un crime, l'arrivée d'un événement aussi important qu'un Mondial pourrait bousculer les habitudes et les mœurs, même si ce n'est que temporairement.

" Pour lutter contre ce phénomène, l'anomalie sexuelle que constitue l'homosexualité, il faut éduquer et raisonner les jeunes. Ce phénomène ne correspond pas à notre foi et ne correspond pas à notre religion." Mohamed Aboutrika, ancien international égyptien et consultant sur l'antenne arabe de beIN SPORTS (basée à Doha), n'a pas dissimulé son homophobie derrière de pseudo-discours consensuels. Son intervention de lundi arrive en appui d'un vibrant appel aux joueurs musulmans de Premier League, donc en Europe, afin qu'ils n'apportent pas leur soutien aux diverses campagnes en faveur des droits LGBTQ+ qui commencent pourtant bien timidement à se multiplier dans les championnats occidentaux de football. Personne sur ce plateau ne l'a contredit ou coupé dans son monologue.

Mohamed Aboutrika, a retired soccer player, went on Arab equivalent of ESPN (@beINSPORTS) to say homosexuality is against humanity. He's criticizing @premierleague for its #RainbowLaces campaign. World Cup will be in Qatar, where homosexuality is illegal. pic.twitter.com/lnpl9reBve

— Andy Ngô (@MrAndyNgo) November 29, 2021

La chaîne a entre-temps pris ses distances avec la position d'Aboutrika. La personnalité de ce monsieur – proche des Frères musulmans au pays et qui s'était "réfugié" au Qatar après la chute du président Morsi - conduit non pas à excuser, mais à relativiser le propos. Ses