Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

E-Sport : quand les jeux vidéo remplissent les stades
Partenaire18/06/2015 à 17:30
Temps de lecture: 3 min

Pour le tournoi The International 2014, organisé autour du jeu 'Defense of the Ancients 2' (DOTA 2), les 10 000 places du stade Key Arena de Seattle ont trouvé preneur en moins d'une heure. Cela illustre l'engouement grandissant du public pour les compétitions de jeux vidéo, directement inspirées de l'univers du sport.

Pour le tournoi The International 2014, organisé autour du jeu 'Defense of the Ancients 2' (DOTA 2), les 10 000 places du stade Key Arena de Seattle ont trouvé preneur en moins d'une heure. Cela illustre l'engouement grandissant du public pour les compétitions de jeux vidéo, directement inspirées de l'univers du sport.

Le salon E3, qui ferme ses portes ce soir à Los Angeles, est considéré comme la Mecque des jeux vidéo. Et autant vous dire qu'il faisait cette année la part belle à l'e-Sport, ou sport électronique. Car si pour la plupart des gens, une partie de Fifa ou de Call of Duty est l'occasion de se détendre, ou de partager un moment de convivialité entre amis, il s'agit pour d'autres d'un sport, voire d'un métier. Certaines compétitions de jeux vidéo multi-joueurs en ligne remplissent les stades et génèrent des millions de dollars de revenus, notamment en Corée du Sud et aux États-Unis. Au point que certains considèrent déjà l'e-Sport comme une discipline à part entière.

465 millions de dollars de revenus en 2017 ?

Il faut reconnaître que le sport électronique s'inspire beaucoup du monde du sport professionnel, et l'on voit de plus en plus de compétitions organisées dans de véritables arènes. Il suffit d'aller faire un tour en Corée du Sud pour s'en rendre compte. L'année dernière, ce sont 40 000 spectateurs qui étaient réunis dans le Seoul World Cup Stadium pour assister à la finale du championnat du monde de League of Legends . Pour rappel, la pelouse de ce stade construit pour la Coupe du monde de football 2002 a notamment été foulée par l'équipe de France, lors du match d'ouverture du Mondial disputé face au Sénégal. Mais même pour ceux qui évoluent dans cet univers parallèle des tournois de jeux vidéo professionnels, ce succès est inattendu. En effet, la première édition s'était déroulée en Suède en 2011 devant 200 fans seulement. . . En 2013, ils n'étaient "que" 12 000 au Staples Center de Los Angeles. L'engouement des gamers pour les compétitions professionnelles de jeux vidéo croît de manière exponentielle.

La capacité d'attirer les foules dans les stades n'est pas le seul point commun entre sport et jeux vidéo. L'e-Sport reprend pratiquement tous les codes du sport traditionnel : le prize money, qui peut s'élever à plusieurs millions de dollars pour l'équipe gagnante, les contrats de sponsoring, les transferts entre équipes, les retransmissions de compétitions en ligne et à la télévision. . . Et il aurait tort de s'en priver, quand on voit que la finale de la Coupe du monde 2013 de League of Legends a réuni plus de 32 millions de spectateurs. . .

Une discipline olympique en Corée du Sud

Vu l'intérêt croissant des fans, et la manne financière qu'il représente, l'e-Sport rest devenu un marché plus que juteux, qui pourrait générer 465 millions de dollars de revenus en 2017, soit 408 millions d'euros. En 2014, ce chiffre s'élevait à 194 millions de dollars (170 millions d'euros). Quant à son audience potentielle, elle est estimée à 2, 1 milliards pour 2017. Et même si la plupart des e-Sportifs professionnels ne gagnent pas encore leur vie en prize money et contrats de sponsoring, les meilleurs joueurs peuvent gagner jusqu'à 10 000 euros par mois, voire plus pour les grandes stars mondiales. Les autres bouclent leurs fins de mois en commentant des matchs en streaming.

Mais la question qui est sur toutes les lèvres, c'est celle de savoir si l'e-Sport peut être considéré comme une véritable discipline sportive. Car pour la grande majorité des gens, en l'absence de débauche d'énergie, cela ne peut pas être le cas. Mais parmi les pratiquants et les fans suivant les compétitions de près, il ne fait aucun doute qu'il s'agit d'un sport comme un autre. L'e-Sport demande beaucoup de concentration et de précision, ainsi que des réflexes dignes d'un gardien de handball. Sans compter qu'enchaîner les heures de jeu et les entraînements quotidiens peut vite s'avérer épuisant. On recense également des blessures, au premier rang desquelles figure la tendinite. En Corée du Sud, où les jeux vidéo ont bien meilleur presse qu'en France, l'e-Sport a même été reconnu comme une discipline olympique, au même titre que les échecs. De là à voir des joutes de Counter Strike aux Jeux Olympiques, ou des compétitions de League of Legends dépasser l' audience titanesque du Super Bowl, il y a encore un pas de géant à franchir. Mais ne soyez pas étonné si cela se réalise un jour.

Les Risques en Bourse

Fermer