Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Du calme, ce n'était que le Bayern
So Foot08/04/2021 à 00:15
Temps de lecture: 2 min

Du calme, ce n'était que le Bayern

Du calme, ce n'était que le Bayern

Comme d'habitude, il est de notre devoir de stopper l'enflammade. Oui le Paris Saint-Germain a gagné (trois buts à deux) face au Bayern de Munich. La victoire du french flair face à la rigueur germanique, il y a de quoi se réjouir. Et pourtant, en attendant le match retour qui se disputera le mardi 13 avril 2021 au Parc des Princes (coup d'envoi à 21h pétantes), il faudra raison garder. Non à la culture de l'instant. Mais oui, savourons quand même.

Comme le disait le regretté Michel Colucci, dit Coluche, "Munich : deux qui la tiennent, trois qui la niquent". En l'occurrence, deux et trois font référence au nombre de buts marqués et encaissés par le Rekordmeister (recordman de titres remportés, en bon français). Mais trêve d'humour de comptoir, il est temps de se mouiller la nuque et de regarder le match qui s'achève avec un peu de recul. À Munich, on connaissait septembre noir, on a découvert avril blanc. Car c'est en effet sous une surprenante neige printanière que le Paris Saint-Germain est venu s'imposer aux forceps sur la pelouse du Bayern de Munich. Une victoire au courage, une opposition de style aussi. D'un côté, la "grosse Bertha" qui canonne jusqu'à plus soif (31 tirs, 12 cadrés), de l'autre, une délicatesse à la fois typiquement française et surtout redoutablement efficace (6 tirs, 4 cadrés, 3 buts, mais 4 si l'on compte celui de Julian Draxler, refusé pour une position de hors-jeu de Kylian Mbappé à la douzième minute, NDLR). Cocorico !, donc.

Sur les traces des Culs rouges


Enfin, Cocorico! bis, plutôt. Car s'il est aisé de souligner la performance d'une équipe qui fait tomber l'ogre bavarois pour la première fois depuis dix-neuf matchs de Ligue des champions, il serait injuste que le P.S.-G. en retire tous les honneurs. Ce n'est en effet pas la première fois qu'un club français s'impose 2-3 à Munich. Comment ? Eh bien oui, le football n'a pas commencé en 2011 figurez-vous. Quelques décennies plus tôt, le 9 octobre 1963 précisément, le FC Rouen de Max Schirschin l'emportait grâce à des réalisations signées Jean-Michel Lachot, Jean-Pierre Destrumelle et André Betta. Quand on sait que le gardien de but de l'époque n'était autre que le légendaire Sepp Maier, il y a de quoi s'incliner. Mauricio Pochettino évoquera-t-il ces trois héros du sport hexagonal dans sa prochaine causerie ? L'Argentin serait bien inspiré de le faire puisqu'au match retour de ces huitièmes Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer