Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Droits TV : La LFP prime Amazon
information fournie par So Foot14/06/2021 à 12:00
Temps de lecture: 2 min

Droits TV : La LFP prime Amazon

Droits TV : La LFP prime Amazon

La nouvelle est tombée avec la brutalité d'un but en or. La LFP a finalement décidé d'attribuer l'ancien lot de Mediapro à Amazon, pour près de trois fois moins cher. Un tel deus ex machina a pris de court Canal +, qui se voyait déjà en seul maître du jeu avec son fidèle allié beIN. Si ce choix peut sembler d'abord une réponse tactique - se sortir du piège dressé par Maxime Saada - à un contexte particulier, il redistribue peut-être plus profondément les cartes qu'on ne peut le penser, et sur le long terme.

La question revenait régulièrement sur le tapis. Quelles sont les ambitions des GAFA en matière de droits sportifs, alors qu'ils ont largement redistribué les cartes dans beaucoup d'autres domaines, tel l'audiovisuel ou le cinéma ? Depuis vendredi, nous en savons un peu plus. Amazon est donc devenu l'un des principaux diffuseurs de la L1, et de la L2, en France. Le géant américain déboursera 250 millions d'euros chaque saison, pendant trois ans, pour retransmettre huit des dix matchs de l'élite dont les "dix meilleures affiches", et l'essentielle rencontre du dimanche soir. Avant d'aller plus loin, une dimension importante doit être évoquée, du moins pour juger cette situation inattendue : Amazon acceptera-t-il enfin, à l'instar de n'importe quelle autre entreprise, de payer des impôts dans l'Hexagone pour son activité et ses bénéfices ? Mettons-la de côté pour le moment, notre gouvernement et notre administration fiscale y trouveront sûrement matière à réflexion.

Sortir la tête de la gueule de Canal+


Pour en revenir à la décision de la LFP, ce choix ne répond pas seulement à des impératifs ou des considérations financières. Si elle avait opté pour la proposition du groupe français et de son partenaire qatari, elle aurait pu espérer récolter près de 673 millions d'euros, dont une part demeurée certes dans le flou d'un "sous conditions", du nombre d'abonnés notamment. Avec l'actuel montage donc, 663 millions viendront renflouer les caisses bien vides des clubs tricolores. L'enjeu se situe donc bien sûr à un autre niveau. Il s'agissait de se sortir d'un tête-à-tête avec Canal qui prenait des airs revanchards et de mise à l'amende fort désagréable. En bradant son lot, ce qui est concrètement le cas, le foot pro réinstaure un rapport de force largement plus favorable et un deal qui préserve économiquement le strict minimum. Une sorte de retour à la " normale " pré-Mediapro, après les Lire la suite de l'article sur SoFoot.com