Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Déprime à la jeunesse : quand les recalés des centres de formation tombent dans la dépression
So Foot23/11/2020 à 14:30
Temps de lecture: 2 min

Déprime à la jeunesse : quand les recalés des centres de formation tombent dans la dépression

Déprime à la jeunesse : quand les recalés des centres de formation tombent dans la dépression

C'est le propre du haut niveau : il y aura forcément plus de déçus que d'élus. Après avoir touché du doigt le rêve de devenir footballeur pro, ne pas être conservé par son club formateur est forcément un réveil violent. Au point de mettre certains de ces jeunes en proie à la dépression. Cela s'est confirmé le mois dernier avec le suicide de Jeremy Wisten (17 ans, Manchester City). Enquête sur un mal générationnel que les formateurs français commencent tout doucement à appréhender.

Le genou au sol pour les uns, en ligne pour les autres. Le 27 octobre dernier, Citizens et Marseillais rendent un court hommage à Jeremy Wisten. Un coup de sifflet brise alors le silence du Vélodrome pour lancer ce match de Ligue des champions, laissant derrière lui le souvenir d'un garçon de 17 ans, passé par l'académie de Manchester City, et qui s'est donné la mort la veille. Selon la presse anglaise, le jeune défenseur serait tombé en dépression quelques semaines avant son geste, en partie parce qu'il n'avait pas été conservé par le centre de formation du club anglais. Cole Palmer est lui entré en jeu contre l'OM et faisait partie de la même promotion que Wisten. Quelques jours plus tard, il rendra hommage à son ancien coéquipier sur les réseaux : "Tout le monde aimait beaucoup Jeremy. Il nous manque à tous. Nous devons lui rendre hommage. J'espère qu'il repose en paix là-haut." Des trajectoires opposées qui posent une question : quand certains finissent par décrocher les étoiles, comment amortir la chute de ceux qui ont été largués en cours d'ascension ?

Quand la dépression mène à la mise en bière

En France, cette tragédie a eu aussi un certain écho, mais c'est la réaction de Kader Bamba qui s'est le plus démarquée du concert de condoléances. L'occasion pour l'ailier du FC Nantes de vider son sac et de témoigner face à la dépression. "Ce drame montre les problèmes auxquels peuvent être confrontés les jeunes sportifs en centre de formation, pointe-t-il sur Instagram. Combien de jeunes sont laissés sur le côté sans signer pro ? Combien se retrouvent à 18 ans sans qualifications, Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer