Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Delvin Ndinga : "Qu'un club me fasse confiance…"
information fournie par So Foot11/08/2022 à 14:00
Temps de lecture: 2 min

Delvin Ndinga : "Qu'un club me fasse confiance…"

Delvin Ndinga : "Qu'un club me fasse confiance…"

Après avoir passé plusieurs mois à s'entraîner avec l'AJ Auxerre, son club formateur, où il espérait signer un nouveau contrat, Delvin Ndinga est, à 34 ans, toujours à la recherche d'un club. Le milieu international congolais, qui a participé au stage organisé par l'UNFP, est persuadé qu'il peut encore rendre service en Ligue 1 ou en Ligue 2. Il n'en fait surtout pas une affaire d'argent.

Que faites-vous depuis la fin du stage de l'UNFP ?
Je dois d'abord dire que ce stage m'a fait beaucoup de bien. L'ambiance a été vraiment bonne, on a bien travaillé, dans de bonnes conditions... On a disputé des matchs amicaux et, comme je me suis entraîné pendant plusieurs mois avec l'AJA, une équipe professionnelle qui est montée en Ligue 1, j'ai été en bonne forme. Aujourd'hui, je suis revenu à Auxerre, où je vis avec ma femme et mes deux enfants. Je continue à m'entretenir en courant, en touchant le ballon.

Vous évoquez l'AJA, où vous avez été formé en arrivant du Congo et où vous avez effectué vos débuts chez les pros avant de partir en 2012 pour l'AS Monaco...
En juillet 2021, je me suis retrouvé en fin de contrat au Panetolikós, en Grèce. Je suis donc revenu vivre à Auxerre et j'ai demandé, et obtenu, la possibilité de m'entraîner avec le groupe pro. Puis, le Panetolikós m'a proposé de prolonger, mais les dirigeants m'ont demandé une réponse mi-juillet. À l'époque, ma priorité a été de revenir en France. Je suis parti pendant plusieurs années, en Grèce, en Russie, en Turquie, et, hormis à l'Olympiakos où ma femme et mon premier enfant sont venus avec moi, j'ai toujours été tout seul. J'ai donc voulu me rapprocher de ma famille pour pouvoir voir grandir mes enfants. À Auxerre, ça s'est bien passé au niveau des entraînements, Jean-Marc Furlan m'a apprécié, et je me suis dit qu'il allait peut-être y avoir quelque chose pour moi. Comme je sais que le club avait sa masse salariale encadrée par la DNCG, que des joueurs allaient sans doute partir...

"J'ai pensé qu'à un moment ou à un autre, ça allait se faire avec l'AJA. J'étais libre, je pouvais signer n'importe quand, je me suis concentré sur les séances, j'ai même joué des matchs amicaux lors de la préparation... Le coach m'a rassuré, mais du côté des dirigeants, rien n'est venu."

Vous avez refusé d'autres propositions ?
Celle du Panetolikós, déjà, mais aussi une autre de Châteauroux. Dans ma tête, j'ai pensé qu'à un moment ou à un autre, au mercato estival ou hivernal, ça allait se faire avec l'AJA. J'étais Lire la suite de l'article sur SoFoot.com