Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

De Paris à Munich, la résistance prend forme
So Foot20/04/2021 à 14:00
Temps de lecture: 1 min

De Paris à Munich, la résistance prend forme

De Paris à Munich, la résistance prend forme

Candidats naturels au statut de "membre fondateur", le Paris Saint-Germain et le Bayern Munich ont refusé, pour le moment, de se joindre au sinistre projet de "Super League" porté par leurs camarades anglais, italiens et espagnols, même si Florentino Pérez assure ce matin ne jamais les avoir invités. Rejoints dans la journée de lundi par d'autres clubs, plus modestes, ils se retrouvent dans une posture confortable qui ne les empêchera pas de retourner leur veste dans le futur, mais qui fait d'eux, pour le moment, les derniers chevaliers blancs du football européen.

À première vue, il faudrait pourtant être fou pour décliner une telle invitation. L'entre-soi élitiste, les centaines de millions qui tombent chaque saison après une année de Covid qui aura fait du mal aux finances et alors que les droits TV sont à la baisse en Europe, les affiches de gala toutes les semaines comme une nouvelle routine pailletée. La garantie d'être officiellement les plus forts, les plus beaux, les plus riches, et surtout que ça ne bouge plus. Et pourtant, seuls douze des quinze "membres fondateurs" annoncés avaient signé la profession de foi inaugurale de la Superligue dans la nuit de dimanche à lundi. Grands absents de la soirée de lancement, les clubs allemands et français naturellement attendus dans ce rôle - le Bayern Munich, le Borussia Dortmund et surtout le PSG - sont restés solidaires avec l'UEFA et sa Ligue des champions. Pour l'instant.

Superligue : le jour où le foot européen a basculé

Super riche, mais pas super con


Une résistance qui pourrait faire la différence. Si la Superligue avait été présentée dimanche avec un casting cinq étoiles complet réunissant toute la grande Europe du football, sans exception, sans doute contemplerions-nous déjà le cadavre fumant de la Ligue des champions plutôt que de tenter à tout prix de la sauver. De façon presque surprenante, Paris, symbole mondial - pas toujours à raison, visiblement - de l'avidité et de l'argent dégueulant dans le football, a été le premier à s'opposer farouchement au projet. Dans les colonnes de l'Athletic, Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer