Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Comment "La Mano de Dios" est devenue l'hymne argentin
So Foot26/11/2020 à 13:00
Temps de lecture: 2 min

Comment "La Mano de Dios" est devenue l'hymne argentin

Comment "La Mano de Dios" est devenue l'hymne argentin

Parti ce mercredi à l'âge de soixante ans, Diego Maradona a rejoint une autre figure populaire argentine, Rodrigo, qui lui avait dédié en 2000 la chanson "La Mano de Dios", quelques mois avant un tragique accident. Vingt ans après sa sortie, le titre est toujours un vibrant hymne à la gloire de Maradona, que même le Pibe de Oro se plaisait à entonner.

Les idoles modernes sont toujours sanctifiées par des œuvres picturales, cinématographiques ou musicales, et Maradona ne fait pas exception. Filmé par Kusturica, raconté par Kapadia, célébré par Manu Chao, Maradona a aussi vu son parcours immortalisé par la chanson "La Mano de Dios" de l'Argentin Rodrigo, considéré comme le roi du cuarteto, un style musical né à Córdoba dans les années 1940.

Vie et mort d'un Gamin en or

Sortie en février 2000, "La Mano de Dios" de Rodrigo est sans doute la chanson qui raconte le mieux Maradona et la passion qui l'entoure, mettant parfaitement en musique les "Olé, olé, olé, Diego, Diego" et les "Marado, Marado" scandés dans les stades jusqu'à la retraite du joueur trois ans plus tôt. Écrite par un compositeur novice nommé Alejandro Romero, frère de la petite amie d'alors de Rodrigo, la chanson est le résultat d'une longue soirée de recherche du parolier, désireux de saisir l'inespérée main tendue par le populaire chanteur de Córdoba, à la recherche de nouveaux titres pour son répertoire.

Feuille blanche et carrière flinguée


Victime pendant des heures du syndrome de la feuille blanche et ne parvenant pas à aller plus loin qu'un vague premier couplet, Romero accouche finalement de la phrase "En un potrero forjó una zurda inmortal" (" Sur un terrain vague, il a forgé un pied gauche immortel "). Enfin touché par une inspiration divine - pas de hasard -, il fait le lien avec Maradona et déroule ensuite le parcours de Diego, des Cebollitas au Mondial 1986 en passant par la Bombonera et sa Doce. Au milieu de la nuit, il présente finalement sa composition à Rodrigo - malgré sa réticence à être comparé à la chanson sur Maradona récemment écrite par le chanteur, dont il a appris l'existence juste après avoir écrit le texte - qui fond finalement en larmes et embrasse Romero lorsqu'il entend le texte chanté, assurant à ce dernier que cette Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer