Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ces nouveaux matériaux qui bousculent l'horlogerie moderne
Partenaire19/09/2015 à 17:30
Temps de lecture: 3 min

Richard Mille est LA référence en matière de matériaux innovants. La RM 011 Flyback Chronograph Yellow Storm, par exemple, utilise du carbone NTPT (North Thin Ply Technology). pour sa couronne et ses poussoirs, un matériau très résistant et ultra-léger généralement utilisé dans l'aéronautique ou la Formule 1.

Richard Mille est LA référence en matière de matériaux innovants. La RM 011 Flyback Chronograph Yellow Storm, par exemple, utilise du carbone NTPT (North Thin Ply Technology). pour sa couronne et ses poussoirs, un matériau très résistant et ultra-léger généralement utilisé dans l'aéronautique ou la Formule 1.

Si certains horlogers, le plus souvent centenaires, s'attachent à la tradition et à un savoir-faire ancestral, d'autres ont besoin d'innover pour exister, pour se démarquer. Et pour beaucoup de jeunes marques, comme Richard Mille, Bell & Ross ou Armin Strom, cela passe notamment par l'utilisation de nouveaux matériaux, issus de domaines aussi pointus que l'aéronautique, la course automobile, ou même la médecine. Tour d'horizon de ces matériaux de l'extrême qui bousculent les codes de l'horlogerie moderne.

Des préoccupations à la fois techniques et esthétiques

En matière de matériaux innovants, la référence actuelle s'appelle Richard Mille. La marque s'est notamment offert un joli coup de publicité lors du dernier tournoi de Roland Garros, grâce à sa montre incroyable imaginée pour équiper Rafael Nadal. Dans le contrat qui lie le roi de la terre battue à la marque, il est stipulé que le tennisman espagnol doit porter sa montre en toutes circonstances, et donc pendant les matchs. Le but est bien sûr de soigner l'image de Richard Mille, mais surtout de tester les limites de ses montres en conditions réelles. Pour que Rafael Nadal puisse porter une montre équipée d'un tourbillon lors de tous ses matchs, il a non seulement fallu faire la guerre aux grammes superflus (la RM 27-02 ne pèse que 25 grammes bracelet compris, avec un mouvement de 3, 35 grammes), mais également s'assurer qu'elle continue de fonctionner malgré la violence des coups du Majorquin. Cette montre à 700 000 euros est ainsi capable de résister à des accélérations de 5 000g !

Chez Richard Mille comme chez ses concurrents, l'inspiration vient bien souvent de domaines à la pointe de l'innovation. Les marques les plus innovantes s'allient ainsi avec des laboratoires travaillant généralement dans la recherche spatiale, l'aéronautique, la médecine, la Formule 1. . . L'horlogerie partage avec ces domaines la quête de légèreté, de résistance, de performance. Richard Mille utilise ainsi pour ses garde-temps des matériaux inédits, tels que l'AG5, un alliage d'aluminium et de magnésium, avec d'infimes quantités de titane, de zirconium et de manganèse, ou l'alusic, qui marie aluminium, silicium et carbone. Pour le mouvement de la RM 27-02 de Rafael Nadal, la marque a choisi d'utiliser le titane grade 5, composé de 90% de titane, de 6% d'aluminium et de 4% de vanadium. Ce matériau est employé aussi bien dans l'industrie médicale que dans l'automobile ou l'aéronautique, car il offre une grande résistance à la corrosion et une rigidité extrême. Mais Richard Mille n'est pas la seule marque à piocher dans d'autres champs d'activité pour concevoir ses montres, comme le prouve Armin Strom avec sa Racing Manual, littéralement taillée dans un moteur de Formule 1. En effet, pour la concevoir, la manufacture suisse a décortiqué la mécanique des monoplaces de l'écurie Marussia pour en extraire les éléments susceptibles d'être transformés en composants horlogers. Une préoccupation à la fois esthétique et technique pour viser l'excellence.

La performance comme argument marketing

La marque Hublot, de son côté, s'est distingué grâce à un matériau unique qu'elle a mis au point. Baptisé "Magic Gold", il ne peut être rayé que par le diamant ! Mais en ce moment, chez la plupart de ses concurrentes, c'est la céramique qui a la cote. Ultra-résistant et très léger, ce matériau très courant dans l'aéronautique est utilisé par la plupart des marques, de Bell & Ross à Longines, en passant par Hublot ou même Adidas. La céramique est également utilisée pour fabriquer des roulements à billes ne nécessitant pas de lubrification, ce qui permet aux systèmes de remontage automatique d'être plus efficaces et durables. Bref, elle fait partie de ces matériaux miracles pour les horlogers.

Alors que les véritables innovations horlogères tendent à se raréfier, la création puis l'utilisation de matériaux inédits permet aux marques de continuer à avancer, de perfectionner leurs montres tout en disposant de nouveaux arguments marketing. Et si aujourd'hui les marques puisent dans des domaines à la pointe de la technologie pour imaginer les montres de demain, qui nous dit que ce ne sera pas l'inverse d'ici quelques années ou quelques décennies ?

Les Risques en Bourse

Fermer