Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

C'était Paris... ou l'Atletico de Madrid ?
So Foot07/04/2021 à 23:44
Temps de lecture: 2 min

C'était Paris... ou l'Atletico de Madrid ?

C'était Paris... ou l'Atletico de Madrid ?

Une tactique défensive, des joueurs qui se battent comme des lions, un gardien XXL, un brin de réussite, le Paris Saint-Germain s'est mué en Atlético de Madrid pour s'imposer sur la pelouse du Bayern Munich (2-3) en quart de finale aller de Ligue des champions. Et tout cela semblait totalement improvisé.

Ángel Di María, Neymar, Kylian Mbappé, Julian Draxler. En présentant un quatuor offensif composé de joueurs qui ne sont pas emmerdés avec leurs pieds, Mauricio Pochettino semblait donner l'envie de jouer au football sur la pelouse de Munich. Finalement, par choix ou par obligation, le PSG a laissé le cuir à l'adversaire et s'est contenté de défendre bas pour piquer en contre. Mission réussie puisque les Parisiens repartent de Munich avec la victoire (2-3). Et tant pis si pour cela le PSG a dû jouer comme une équipe de National 2 qui affronte une Ligue 1 en Coupe de France. À l'image de la rencontre face à Lille du 4 avril dernier, il est souvent reproché aux coéquipiers de Presnel Kimpembe de ne pas courir sur les terrains de Ligue 1 et de ne pas se donner à fond. Ce mardi soir, en quart de finale aller de Ligue des champions, c'était tout le contraire : le PSG s'est imposé grâce à une attitude irréprochable, un dépassement de soi, un grand gardien, un attaquant létal et, forcément, de la réussite. Bref, tous les ingrédients pour réussir un exploit en Coupe.

Le petit poucet du PSG


Alors oui, il est évident que le téléspectateur neutre est en droit d'attendre du PSG et de toutes ses stars un autre visage que celui du FC Fleury 91. Mais force est de reconnaître que, sur le papier et sur le terrain, ce Bayern Munich est supérieur au PSG. Et pour mettre fin à 33 matchs sans défaites des Bavarois à l'Allianz Arena toutes compétitions confondues, il fallait accepter de subir. Et pour subir sans craquer, il faut avoir, en premier lieu, un gardien en feu. Navas. Mais aussi un joueur au-dessus du lot, capable de briser une défense en une passe. Neymar. Et enfin, un buteur létal, qui frappe deux fois et marque deux buts. Mbappé.

Paris braque le Bayern

Et au milieu de ce trio, une flopée de joueurs besogneux qui courent dans tous les sens, à l'image Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer